Lutte contre la fraude : La SONATAM en fait son cheval de bataille

495 cartons, 24 750 cartouches, 247 500 paquets, pour un montant global de près de 70 millions de F CFA ont été saisis et incinérés lundi par la Société Nationale des Tabacs et Allumettes du Mali
La Société Nationale des Tabacs et Allumettes du Mali (SONATMA-SA) est engagée dans lutte contre la fraude, notamment en ce qui concerne les produits de tabac contrefaits qui inondent nos marchés. Une fois saisis la Société procède à leur disparition. Comme ce fut le cas le lundi 20 mars dernier ou elle a organisédans les fours de l’usine Batexi une cérémonie d’incinération des cartons de cigarettes issues de la contrebande.
La cérémonie s’est déroulée en présence du Secrétaire général du ministère du développement industriel M. Mohamed Ag. Ahmedou, du directeur général de la Sonatam M. Youssouf Traoré, les représentants de la Douane, le commandant Lassana Dembélé, des éléments de la police nationale, dont le commissaire Ibrahima Keita, de la gendarmerie nationale et de la direction nationale du commerce et de la concurrence.
Deux temps forts ont marqué la cérémonie. D’abord l’incinération des cigarettes de contrebande. Il s’agit de 377 cartons, 18 850 cartouches et 188 500 paquets de cigarettes Ranson. Avec un prix unitaire de 135 000F CFA, sa valeur totale est estimée à 50 895 000F CFA.
Concernant la marque Monte Carlo, 76 cartons, pour 3 800 cartouches dont 38 000 contrefaits ont été saisis. Le prix unitaire à ce niveau est de 120 000F CFA soit un coût global de 9 120 000F CFA. Quant à la marque Ducal, il y a eu 15 cartons pour 750 cartouches dont 7 500 paquets ont été saisis. D’un montant de 1 875 000F CFA, il a un prix unitaire de 125 000F CFA. Les autres marques de cigarettes issues de cette contrebande sont entre autres : l’American leg, le Bon, le Sir, le Supermach, le Malboro guinéen, le Malboro sénégalais, le Bluntawap et l’Empire.
Un point de presse animé par, les responsables présents relevant des services de l’Etat a constitué le second point fort de la cérémonie. Il s’agissait de mieux informer les journalistes sur les répercussions négatives de la fraude sur l’économie du pays. Selon le DG de la Sonatam, cette cérémonie marque une victoire engrangée dans la lutte contre la fraude. Elle est l’effort de tous les services impliqués dans la bataille.
Puisqu’au Mali, la fraude présentait 60%. Mais aujourd’hui, compte tenu des efforts déployés sur le terrain, elle a été ramenée à 10%. Cela, parce que la Sonatam a consenti une enveloppe globale de 250 millions de FCFA. Pour Youssouf Traoré, il est important de lutter contre la contrebande des cigarettes, parce qu’elle pose un problème de santé pour nos enfants. Aussi, elle réduit considérablement les recettes de l’Etat. La fraude entraine un manque à gagner aux recettes un montant de plus de 8 milliards de F CFA.
Abondant dans le même sens, le secrétaire général du ministère de tutelle dira que la lutte contre fraude a quatre objectifs majeurs. Il s’agit : d’assurer les recettes durables à l’Etat ; de protéger les consommateurs en mettant à leur disposition des produits de qualité ; de contribuer à la protection et à la création d’emplois et d’empêcher le financement des réseaux criminels.
Pour Mohamed Ag. Ahmedou au Mali, « le taux de fraude est estimé entre 12 et 28%. De ce fait, la contrebande participe donc à la fragilisation du tissu économique et expose les consommateurs à des produits qui ne répondent pas aux normes de qualité ». Pour ce faire, la Sonatam, reconnue pour la qualité de ses produits, après avoir été acceptée aux normes ISO 9000, mérite le soutien de tous dans cette lutte contre la fraude.
Rappelons qu’entre 2000 et 2014, la Sonatam a contribué pour près de 260 milliards de F CFA au budget de l’Etat.
Diakalia M Dembélé

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here