Paix et sécurité au Mali :Bamako, la capitale du parlement de la CEDEAO

La réunion délocalisée de la commission mixte Affaire politique, paix et sécurité du parlement de la CEDEAO a commencé le 21 mars dernier à l’hôtel Salam de Bamako sous la présidence du président de l’Assemblée nationale Issiaka Sidibé, en présence de Moustapha Cissé Lo, président de la commission parlementaire de la CEDEAO.
Cette réunion de cinq jours (du 21 au 25 mars) est organisée par le Parlement de la CEDEAO en collaboration avec l’Assemblée nationale du Mali et la Fondation Frederich Ebert sur le thème « Paix, sécurité : les défis de la lutte contre le terrorisme en Afrique de l’Ouest : cas du Mali ». L’objectif principal de la réunion est d’offrir l’opportunité aux députés membres de la Commission mixte de s’imprégner davantage des enjeux liés au terrorisme dans l’espace CEDEAO, afin de faire des recommandations utiles au Parlement dans le sens de son implication dans la mise en œuvre des politiques et stratégies communautaires destinées à relever les défis sécuritaires en particulier la lutte contre le terrorisme.
Yaya Sangaré, coordinateur des députés CEDEAO du Mali et co-président de la commission mixte, a souhaité la bienvenue à ses collègues de la CEDEAO.
Selon Moustapha Cissé Lo, cette réunion permettra aux députés de s’approprier de l’arsenal juridique international et régional de lutte contre le terrorisme. Elle leur permettra de se familiariser avec les mesures prises et/ou en cours en vue de juguler le terrorisme dans la région, en particulier dans le cadre de la mise en œuvre de la stratégie de la CEDEAO pour la lutte contre le terrorisme. « Le terrorisme se nourrit des misères de l’ignorance et de la pauvreté de la masse », a déclaré Aboudou Touré Chéaka le représentant de la CEDEAO au Mali.
Le ministre des affaires étrangères et de l’intégration et de la coopération internationale, Abdoulaye Diop, a dans un discours fleuve, fait la genèse de la crise malienne. Il a reconnu que la coopération des pays voisins pour la résolution de la crise malienne a permis au Mali de recouvrer progressivement son territoire. Au nom du Président de la République, il a remercié la CEDEAO pour l’effort consenti pour la mise en œuvre de l’accord pour la paix. L’occasion était bonne pour le ministre des affaires étrangères d’évoquer que l’armée malienne a besoin d’être dotée en armement et en ressources humaines pour lutter efficacement contre le terrorisme qui développe une économie criminelle. Pour ce faire, il faut une coopération politique internationale et sous-régionale.
Le président de l’Assemblée nationale du Mali, Issiaka Sidibé, a remercié la commission parlementaire de la CEDEAO pour le choix porté sur le Mali. Une occasion pour lui de rappeler que le Mali n’oubliera jamais le sang versé des militaires des autres pays dans la mission de recouvrement de notre territoire. C’est ainsi qu’il dira que la réconciliation restera l’un des défis à relever.
Pendant cinq jours, les participants échangeront sur un mécanisme d’intervention pertinent permettant au Parlement d’apporter une contribution efficiente dans la mise en œuvre de la stratégie de la CEDEAO pour la lutte contre le terrorisme et faire, à cet effet, des recommandations au Parlement lors de sa prochaine session.

Modibo L. Fofana

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here