CEN : l’opposition pour une véritable entente nationale

Prévue par l’article 5 de l’Accord pour la Paix et le Réconciliation au Mali, la Conférence d’entente nationale doit avoir lieu du 27 mars au 2 avril 2017 à Bamako. La décision a été prise lors du Conseil des ministres extraordinaire le samedi 18 mars dernier. Lors des rencontres préparatoires, le 16 février dernier, l’opposition a, dans une déclaration, émis des réserves « quant à la pertinence et à l’opportunité de l’organisation d’une telle conférence ». Bien avant cette déclaration, le 9 mars 2017, l’opposition politique avait suggéré la prise en compte de plusieurs éléments dans la rédaction finale des TDR pour « promouvoir une véritable entente nationale ».

Leur prise en compte permettrait, selon l’opposition, une participation large et inclusive de toutes les forces vives du pays et contribuerait au succès de la conférence d'entente. Ainsi, l’opposition politique a proposé la participation, à la conférence, des groupes nés de la scission des regroupements initiaux signataires, CMFPR2, CPA, CJA, MSA, de l’Accord, des mouvements de résistance civile de Gao comme les Patrouilleurs et les principales associations d'agriculteurs, de chasseurs et d'éleveurs du Delta central et les Maliens de l'extérieur.

L’opposition politique a, aussi, proposé que la conférence soit « l'occasion d'une appropriation nationale de l'Accord d'Alger. » Autre proposition de l’opposition : inviter les protagonistes de la crise du Centre pour débattre avec toutes les forces vives des moyens de restaurer la sécurité, la paix et la concorde dans cette zone charnière du Mali.

L’opposition demande que les travaux de la commission d’experts chargés de la révision constitutionnelle de 1992 présente ses travaux à la conférence d'entente aux fins de recevoir observations et propositions d'amendements. Pour l’adoption d’une charte de la paix et la réconciliation nationale, les partis de l’opposition ont proposé la prise en compte des préoccupations majeures du peuple malien dont : l'armée et les forces de sécurité, la bonne gouvernance et la lutte contre la corruption, les élections transparentes et crédibles et le foncier.

Nous vous proposons, ci-dessous, l’intégralité du document de l’opposition politique concernant ses éléments de contribution aux TDR de la conférence d’entente nationale(CEN).


Source : Africatime

Africatime

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here