Intox et désintox: la valse des baroudeurs

33

En manchette des canards, cette semaine, la CMA et la Plateforme, alliées de circonstance pour torpiller le processus de paix, à travers la dénonciation de la Conférence d’entente nationale et les syndicats de la santé qui, de par leur grève illimitée, moyen de chantage par excellence, sont déterminés à faire du Mali un mouroir des pauvres. Ils y vont tous de leur INTOX à laquelle nous opposons la DÉSINTOX.
Lisez les succulentes PÉPITES de la semaine.

L’arrogance
INTOX
Selon la CMA et la Plateforme, elles « n’ont malheureusement pas été associées à la rédaction des TDR ni à la réflexion menée en amont par la partie gouvernementale… ».

DÉSINTOX
Si tel était le cas, ce serait malheureux. Ce serait même un séisme que d’élaborer des TDR sans les très prestigieuses CMA et Plateforme les seuls mouvements dotés des aptitudes intellectuelles et morales pour entreprendre un tel travail. Le fait est que qui veut abattre son chien l’accuse de rage, parce que des TDR ne sont qu’un document de travail. Il y a un ordre du jour en quatre points (construire une paix durable sur l’ensemble du territoire ; raffermir l’unité nationale ; assurer la réconciliation nationale ; réconcilier l’État et les populations) qui prend largement en compte les préoccupations de l’ensemble de la communauté nationale. Mieux, il n’a jamais été dit à personne qu’il est formellement interdit à des parties d’ajouter des points à ce qui leur sera soumis. Pourquoi alors provoquer une tempête dans un verre d’eau ? Parce que c’est ce qui arrange les alliés contre nature de circonstance qui échangeaient hier des coups de feu et qui s’entretuaient pour contrôler des routes de trafic.

Les inepties
INTOX
« Cette date a été fixée unilatéralement par le gouvernement, sans accord préalable des autres parties ».

DÉSINTOX
Il faut être conséquent. Dans l’Accord pour la paix et la réconciliation au Mali issu du processus d’Alger, sur les 7 titres, concrètement, il n’y a que l’État qui s’engage, excepté le chapitre 16 où les Parties reconnaissent que la garantie de l’aboutissement de l’Accord réside dans leur sincérité, leur bonne foi à assumer son contenu… Étant le seul qui s’engage à faire, l’État a le plein droit de décider du moment où il est à même de le faire et devoir de rendre compte. Ceci ne devrait pas être difficile à comprendre, même pour les plus niais. Mais quand on a décidé de faire feu de tout bois, naturellement qu’on n’est pas à l’abri d’inepties serinées à tout vent. L’État a décidé de la date et a informé qui de droit, contrairement à ce que prétendent les mouvements armés qui se couvrent de ridicule à travers un mensonge aussi grossier que grotesque. Les signataires de l’Accord pour la Paix et la réconciliation ; les Présidents des Institutions de la République ; des Autorités administratives indépendantes, les anciens Premiers ministres ; les organisations et associations confessionnelles ; les partis politiques ; les organisations syndicales ; les notabilités ; les groupements de femmes et de jeunes ; la diaspora ; la MINUSMA et le Comité de Suivi de l’Accord (CSA) ont été rencontrés par le Médiateur de la République également président de la Commission préparatoire de la Conférence d’entente nationale. Que faut-il de plus ? Franchement, il faut arrêter d’insulter l’intelligence collective.

La fourberie
INTOX
« Ce n’est que très récemment que des TDR nous ont été remis et que nous avons pu, faisant diligence, apporter une très modeste contribution par le biais de quelques observations. »

DÉSINTOX
Ainsi, la CMA grognon et la Plateforme opportuniste qui apparaît comme son fidèle disciple sur les sentiers tortueux de la fourberie ont été prises de court. Paradoxalement, elles ont eu le temps de faire des observations. Si elles ont été capables d’une telle promptitude, rien ne devrait les empêcher de prendre part à une Conférence d’entente nationale prévue plus d’une semaine plus tard. Mais comme dit le proverbe, le mensonge a beau courir, la vérité finit par le rattraper. Les mouvements armés administrent ici la preuve que le fond du problème ce n’est ni une décision unilatérale du Gouvernement ni une saisine tardive. Ils ont simplement opté pour la stratégie du chao au point de s’en mêler les pinceaux.
Pire, ils tentent de mystifier l’opinion. Nonobstant que nous avons reçu tardivement les TDR, nous avons, avec diligence, fait nos observations. C’est ce que l’on peut comprendre de leur déclaration, insinuant par la même occasion qu’ils sont de bonne foi. Mais qui est dupe ? Il faut arrêter de prendre les enfants du Bon Dieu pour des oies sauvages.

L’alibi
INTOX
« (…) à cette date, les Autorités intérimaires n’ont pas encore pu être mises en place au niveau des régions de Tombouctou et de Taoudeni, le cantonnement n’est qu’à ses prémisses et la sécurité n’est nulle part assurée. En dehors de Gao, les patrouilles mixtes du MOC n’ont pu être déployées (…) ».

DÉSINTOX
Tout le monde connaît la situation actuelle et les responsables de cette situation. Quand on fait un blocus à Tombouctou et Taoudénit et empêcher la mise en place des autorités intérimaires et prendre pour prétexte cet état de fait pour juger précipitée la tenue de la Conférence d’entente nationale, cela devient de l’amoralité.
En outre, ce serait vain de se livrer à un lavage de cerveau. Il n’est écrit nulle part dans l’Accord pour la paix et la réconciliation au Mali issu du processus d’Alger qu’il y avait un ordre des priorités, une sorte d’hiérarchisation. La Conférence d’entente nationale est une priorité tout comme le cantonnement, les patrouilles mixtes et tout le reste. Et s’il fallait verser dans des bassesses, les responsables des mouvements armés ne seraient pas dans les hôtels huppés de la capitale aux frais de la princesse.
Enfin, il faut se demander si les responsables de ces mouvements armés ont réellement pris connaissance du contenu de l’Accord qui leur sert de passe-droit. Et pour cause, les responsabilités des uns et des autres sont clairement définies. L’Accord stipule : « (…) La MINUSMA lancera l’aménagement de ces sites qui devront être prêts dans un délai maximum de 120 jours et seront livrés au fur et à mesure qu’ils seront construits ». L’État ne saurait servir d’exutoire au fait que les sites de cantonnement ne sont pas prêts. Encore que certains le sont.

L’hallali
INTOX
« (…) Les réfugiés attendent que ces Autorités Intérimaires soient à même de leur assurer un minimum de sécurité (…) ».

DÉSINTOX
Apparemment, les mouvements armés sont si obnubilés par leur stratégie d’obstruction à la tenue de la Conférence qu’ils en viennent à offenser Molière, et agresser outrageusement toutes les dispositions des conventions internationales. En effet, un réfugié, au sens de la Convention du 28 juillet 1951 relative au statut des réfugiés, est une personne qui se trouve hors du pays dont elle a la nationalité ou dans lequel elle a sa résidence habituelle ; qui craint avec raison d’être persécutée du fait de son appartenance communautaire, de sa religion, de sa nationalité, de son appartenance à un certain groupe social ou de ses opinions politiques, et qui ne peut ou ne veut se réclamer de la protection de ce pays ou y retourner en raison de ladite crainte…
Comme on peut le constater, ces messieurs qui exigent d’être associés à l’élaboration des TDR de la Conférence d’entente nationale ne savent même pas ce qu’on appelle réfugiés. Et pour cause, matériellement les Autorités intérimaires n’ont aucun pouvoir d’assurer la sécurité de gens qui vivent en dehors du Mali. Quand des pays ont de la peine à assurer une mission de sécurisation, on ne demande pas à des autorités temporaires de le faire. C’est simplement un désastre intellectuel.
« (…) et qu’elles puissent faire le nécessaire pour assurer la fiabilisation des sites afin de permettre d’envisager un retour qui soit définitif. »
Au moins, à ce niveau, le bon sens commence à revenir. C’est juste un début de bon sens, parce que si les autorités intérimaires contribuent à la fiabilisation, il est évident que le nerf de la guerre vient d’ailleurs. Autant ne pas surestimer leur rôle dans l’optique d’une mystification.

L’inconséquence
INTOX
« À titre d’exemple la région de Kidal n’a pas été concernée par cette démarche. La problématique de l’Azawad, qui aurait dû être discutée comme prévu dans l’Accord, n’a été à aucun moment abordée avec les populations concernées ».

DÉSINTOX
Nul ne peut se prévaloir de sa propre turpitude. Si la commission préparatoire n’a pas pu se rendre à Kidal, c’est pour des raisons sécuritaires auxquelles la CMA n’est pas étrangère. Sinon, ce n’est pas faute d’avoir programmé ce déplacement. On ne peut pas vouloir une chose et son contraire.

Le dilatoire
INTOX
« Les groupes armés demandent au gouvernement de consacrer la « journée » du 27 mars au « seul lancement du processus et non à sa conclusion.»

DÉSINTOX
Un internaute répond parfaitement à cette préoccupation des mouvements armés : « les mouvements politiques et armés nous avaient habitués à des agendas inversés, c’est-à-dire à traiter le futile avant le principal. C’est en application de cette stratégie de chaos qu’ils disent, maintenant que la conférence d’entente nationale, qui devait se tenir au tout début du processus de négociation de l’Accord d’Alger, est prête pour juger de la notion “Azawad: mémoriel, historique et politique”, qu’ils se rebiffent, comme d’habitude.
Je comprends bien la frayeur des “perfusés” azawadiens qui risquent de se voir maigrir, voire mourir si le sérum de vie (la prise en charge de leur entretien par le trésor public et les PTF) venait à manquer.
“On ne scie pas, soi-même, la branche sur laquelle on est accroché”,
En vertu de cet adage, la CMA et la Plateforme ne voudront pas se faire hara-kiri en acceptant d’aller à une conférence d’entente nationale qui va tuer « l’Accord d’Alger » par le débranchement de la “perfusion du sérum” (les financements à gogo du trésor public et des aides des PTF) qui les maintient en vie de bombance depuis 5 ans.

La mystification
INTOX
«À cette date sa tenue consacrerait davantage la désunion, qui partout menace nos efforts d’apaisement, plutôt qu’elle ne consacrerait le retour à la concorde nationale ».

DÉSINTOX
Et voilà que l’ogre entre en action, ce personnage de contes et traditions populaires, sorte de géant se nourrissant de chair fraîche et dévorant les petits enfants. Les mouvements armés sont persuadés que l’évocation de la désunion est l’arme fatale qui amènera l’Etat à reconsidérer toutes ses décisions, même les plus légitimes. Et ils ne se privent pas d’user et même d’en abuser, comme c’est le cas dans cette de Conférence d’entente nationale à laquelle toutes les couches socioprofessionnelles ont été associées, en plus des parties signataires de l’Accord pour la paix et la réconciliation au Mali issu du processus d’Alger.

L’oppression
INTOX
Le confrère ‘’L’Indicateur du Renouveau’’ a écrit que les leaders du parti ADP/Maliba ont rencontré ce 17 mars 2017 les deux syndicats de la santé qui sont en grève illimitée depuis le 9 mars 2017. « Après avoir expliqué le contexte de leur grève illimitée à la délégation d’ADP/Maliba, le secrétaire général du SNS-AS-PF, Pr Mamady KANE, a affirmé que le service minimum est assuré partout dans le pays depuis le premier jour de la grève ».

DÉSINTOX
Cela ne s’appelle pas de la charité faite à l’endroit de la population malienne dans son écrasante majorité, cette population qui n’a pas les moyens de se faire consulter dans les cliniques privées où officient les agents de santé grévistes. Là-bas, ils sont mieux rémunérés et reçoivent des gens friqués dont il est préférable de se mettre aux petits soins, au lieu de perdre son temps avec de pouilleux gars pour qui l’État ne veut, semble-t-il, pas de surcroît délier bourse. Le service minimum ? C’est la loi qui l’impose, même si le dernier des grévistes sait que ce n’est que pure illusion ce service. Parce que même avec les agents de santé au grand complet, leur service ressemblera toujours à un service minimum au regard du nombre élevé de patients. Cela est connu de tous ceux qui fréquentent les centres de santé. Et Dieu sait qu’ils sont légion. Alors, ce n’est pas nécessaire d’essayer de soulager sa conscience en faisant croire que le nécessaire est fait. Pour un personnel soignant, laisser souffrir des personnes devrait toujours être un cas de conscience.

Le chantage
INTOX
« Depuis le déclenchement de notre grève illimitée, cela fait neuf jours, personne ne nous a contactés pour négocier ».

DÉSINTOX
Pourtant, à ce qu’on sache, les négociations étaient bien en cours. C’est unilatéralement et avec désinvolture que les syndicats ont décidé de les rompre. Selon des sources, généralement bien informées, cela pour des questions d’ego. Donc, il fallait mettre à prix la tête du ministre de la Santé et de l’hygiène publique, quitte à faire payer le prix par les malades pauvres.
Pourtant, rapportent les mêmes sources elle n’a cessé de faire montre de toute sa bonne foi, comme cela doit être le cas lors de discussions entre des partenaires sociaux. Cela, pour éviter des désagréments aux pauvres populations qui n’ont rien fait pour mériter ce qui leur arrive.
Au demeurant, il est permis de croire que cette grève est un abject moyen de chantage sur le Gouvernement qui pénalise les plus indigents de la population. Beaucoup de familles n’ont plus que leurs yeux pour pleurer, en constatant, impuissantes, les douleurs qu’endurent leurs proches.

Le populisme
INTOX
« Il est inadmissible que pendant neuf jours de grève personne ne vous a contacté ».

DÉSINTOX
Manichéisme, partialité, acharnement sur le régime, règlement de compte ? L’accusation est facile. Il est facile de vouer les autres aux gémonies. Le très honorable Amadou THIAM, faire-valoir semble-t-il à la tête de l’ADP-Maliba, ne juge même pas nécessaire d’écouter le Gouvernement avant de le charger de tous les péchés d’Israël. Ce que les syndicalistes ont dit est donc parole d’évangile, leurs propos suffisent à guillotiner le régime. Honorable, il faut être juste et savoir faire preuve d’équité. Dans les entretiens de Confucius, on peut lire : ‘’l’équité est l’essence même de l’homme honorable. Il la pratique d’après les rites, la manifeste avec humilité, et l’accomplit en toute sincérité. Un tel homme mérite le nom d’homme honorable’’. L’honorable député n’a-t-il jamais songé à faire sienne cette sagesse ? En tout cas, il n’est jamais trop tard pour qui veut bien faire.
« Si on a accepté de dialoguer avec ceux qui ont pris des armes et qui continuent à brasser des milliards, on doit pouvoir parler à ceux qui n’ont pas pris des armes, qui revendiquent juste leurs droits pour l’amélioration de leur condition de travail et de vie ».
Ceux qui ont pris les armes n’ont certainement pas agi en républicains. Ils avaient d’autres voies de recours certainement dans un État démocratique. Mais il n’est pas nécessaire de jeter l’huile sur le feu. Sinon, il ne serait pas exagéré de soutenir que ce que font les amis du très honorable député n’est pas non plus loin d’un terrorisme. Pour obtenir des avantages catégoriels, ils n’ont pas hésité à mettre en danger la vie de populations pauvres. Les résultats pourraient probablement être les mêmes qu’avec les actes de ceux qui ont pris les armes : des morts.

La pyromanie
INTOX
« L’honorable a affirmé son soutien total aux grévistes, invitant l’État à s’assumer. Nous sommes dans un pays où il faut aller à l’extrême pour que les autorités comprennent qu’ils ont des responsabilités et des engagements à tenir ».

DÉSINTOX
S’il commençait par s’assumer, ce serait le meilleur cadeau fait à ceux qui ont fondé beaucoup d’espoirs sur lui.
Et dire que cette Alliance démocratique pour la paix était membre de la Convention de la Majorité présidentielle (CMP) ! À rappeler que ce parti qui a occupé le poste de la 2e Vice-présidence à l’Assemblée nationale ne l’a pas obtenu grâce à son poids politique, mais à son appartenance à l’Alliance Pour le Mali (APM).
Ainsi, nous sommes en présence de gens qui sont prêts à faire un pacte avec le diable, juste pour se faire élire, jouir de postures confortables et qui découvrent ensuite avec qui ils avaient à faire pour tourner casaque et passer le plus clair de leur temps à lui savonner la planche. Nul ne peut se prévaloir de sa propre turpitude. Il faut s’assumer quand on ne se reconnaît plus dans la gouvernance actuelle, on va à l’Opposition. Normalement, l’opposition à un régime est une autre manière d’apporter sa pierre à la construction de l’édifice national. Au lieu de cela, l’ADP/Maliba surfe sur l’ambiguïté en affirmant de la manière la plus solennelle, lors d’une conférence de presse, qu’elle n’ira pas à l’Opposition, préférant intégrer un Centre. Ainsi, incapable de s’assumer, l’ADP/Maliba manipule les syndicats dans un esprit populiste qui est en passe de devenir sa marque déposée. C’est quoi cette histoire à dormir debout ?

Le papotage
INTOX
« On vous remercie d’avoir tenu le service minimum, qui est une obligation de la loi ».

DÉSINTOX
Un minimum de culture. Si le service minimum est imposé par la loi, il n’y a pas à remercier les grévistes pour l’avoir observé, parce qu’ils ne pouvaient pas faire autrement.
« Nous vous encourageons à le surveiller de près pour faire en sorte que ça ne soit pas une situation qui se retourne contre votre profession ».
Enfin, un conseil d’un honorable ! Une chose est de dire qu’il y a un service minimum en place, une autre est de dire qu’il est effectivement observé. On le sait, dans ce pays, toutes les occasions sont bonnes pour ne pas effectuer son travail. Attention donc au retour de la manivelle !


Source : Maliweb

Maliweb

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here