Mali: au moins 3 morts dans deux attaques distinctes

71

Au moins deux soldats et un douanier maliens ont été tués dans deux attaques distinctes au Mali, l'une dans le Nord et l'autre dans le Sud, ont indiqué dimanche à l'AFP des sources militaires et de sécurité.

Une première attaque a visé dans la nuit de vendredi à samedi un poste de sécurité de l'armée malienne à Almoustarat, localité située à environ 120 km au nord de Gao, principale ville de cette vaste région, selon une source sécuritaire et une source militaire.

"Nous avons perdu deux hommes", a indiqué à l'AFP la source sécuritaire, sans plus de détails.

La source militaire a, elle, fait état "d'au moins deux morts", laissant entendre que le bilan pourrait s'alourdir. "C'est une opération des terroristes", a-t-elle accusé, sans identifier de groupe particulier.

L'attaque d'Almoustarat a également été rapportée par un site d'information malien, Nord-Sud Journal, qui a évoqué de son côté un bilan de "trois soldats tués et quatre blessés" en citant un élu local. De même source, les assaillants auraient saisi "un véhicule militaire et des armes" avant de se replier.

Plusieurs groupes jihadistes, mais également des trafiquants de drogues et des contrebandiers, écument le nord du Mali, vaste région qui était tombée en mars-avril 2012 sous la coupe d'organisations liées à Al-Qaïda.

Les jihadistes ont été en grande partie chassés par une intervention militaire internationale, lancée en janvier 2013 à l'initiative de la France et qui se poursuit actuellement. Mais des zones entières échappent encore au contrôle des forces maliennes, françaises et de l'ONU (Minusma). Longtemps concentrées dans le nord, les attaques jihadistes se sont étendues à partir de 2015 vers le centre, puis le sud du pays.

Une seconde attaque a visé samedi soir un poste de douanes de la localité de Ouélessébougou (sud), à environ 80 km de Bamako, la capitale, selon un responsable au ministère malien de la Sécurité et un élu local joints par l'AFP.

"Un douanier a été tué et un autre gravement blessé", a affirmé le responsable au ministère de la Sécurité, mettant en cause "des bandits armés".

Le bilan a été confirmé par l'élu local, précisant que le douanier blessé se trouvait dimanche "entre la vie et la mort". L'attaque a été perpétrée par des "bandits" qui se sont rendus sur le site "à moto", a-t-il affirmé.

sd/cs/lp


Source : Africatime

Africatime

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here