Mali: tractations pour sauver la Conférence d’entente nationale

37

Le gouvernement malien maintient les dates de la Conférence d’entente nationale pour parler de la crise malienne et élaborer une charte de la réconciliation nationale, comme prévu par l’accord de paix d’Alger. La réunion doit donc commencer ce lundi 27 mars et durer jusqu’au 2 avril prochain à Bamako. Au même moment, les tractations se poursuivent dans la capitale malienne pour que toutes les parties soient présentes.

Le haut représentant du chef de l’Etat malien au four et au moulin, la médiation internationale dans l’arène ou encore le ministre malien de la Réconciliation nationale sur le terrain. Tout est mis en œuvre pour que des chaises ne restent pas vides ce lundi à l’ouverture de la Conférence de l’entente nationale.

Les tractations ont donné de premiers résultats. Les groupes armés, toutes tendances confondues, avaient décidé de boycotter la rencontre. Mais les premières fissures ont eu lieu. Le Mouvement arabe de l’Azawad (MAA), membre de la plateforme pro-gouvernementale a décidé de participer à la réunion. Selon l’un de ses porte-parole, Sidy Mohamed ould Mohamed, la décision a été prise après une réunion de crise.

En principe, ce dimanche, des émissaires rencontreront à nouveau les groupes armés toujours réticents et l’opposition malienne qui s’est déclarée aussi non partante. Comme certains groupes armés, elle dénonce « le fait de n’avoir pas été associée à la préparation de la rencontre ». Ce n’est pas le point de vue des partis de la majorité présidentielle qui ont annoncé qu’ils participeront à la Conférence d’entente nationale.

 Par RFI Publié le 26-03-2017


Source : Maliweb

Maliweb

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here