15ème CONFERENCE NATIONALE DE L’ADEMA PASJ: Tiémoko Sangaré appelle à l’union

71

En cette période charnière, chaque formation politique veille à sa bonne santé. Dans cette perspective, l'ADEMA PASJ vient d'organiser sa 15ème Conférence Nationale le samedi 25 mars au pavillon des sports du stade Modibo Kéita. Elle est l'occasion pour le parti de l'abeille solitaire de se réunir autour de la ruche et de prendre une position concernant la présidentielle de 2018. La conférence a enregistré la présence de nombreux cadres du parti entre autres Pr Dioncouda TRAORE, Pr Tiémoko Sangaré, Dramane Dembélé.

"Faisons en sorte que nous regardions, que nous continuons de regarder dans le même sens […] La cohésion est de mise au sein de l'ADEMA. Aujourd'hui, l'exigence est de coller aux valeurs de l'ADEMA, valeur de solidarité, valeur de probité, valeur de favoritisme, engagement, abnégation, oubli de soi. Que chacun se mette au service du collectif et le collectif gagnera ! ", prévient le Pr. Tiémoko Sangaré, président de l'ADEMA PASJ dans son discours d'ouverture.
Cette conférence se tient dans un cadre tendu au sein des abeilles entre ceux qui sont pour la candidature du parti au présidentiel de 2018 et ceux qui sont pour l'alliance du parti avec d'autre formation politique. Cet antagonisme a poussé les " pasjistes " à mettre en place une commission.
Dirigée par Dr Modibo Traoré, cette commission va travailler sur la nouvelle offre politique de l'ADEMA ou le document programme. Celui-ci, selon le Pr. Sangaré, sera la première des activités du parti dans la perspective de 2018. Ce programme sera examiné pour déterminer le positionnement de l'ADEMA pour la conquête de Koulouba. Aussi, la conférence nationale est une option, de par ses pouvoirs, pour départager ces deux parties.
En effet, elle veille à l'orientation générale des principes, au statut et règlement intérieur du parti. Elle délibère sur toute décision qui inscrit à son ordre du jour sous une composition du comité exécutif. La conférence nationale du parti a le pouvoir de délibérer sur les textes d'orientation politique et les programmes électoraux du parti. Elle a aussi le pouvoir de délibérer sur les abords politiques avec d'autres formations politiques avant soumission au congrès. Elle décide la convocation du congrès. La conférence nationale du parti peut délibérer sur l'élection du candidat du parti au présidentiel.
Compte tenu de l'actualité, le président Sangaré s'est prononcé sur plusieurs sujets. D'abord la conférence d'entente nationale qui se tiendra le 27 de ce mois de mars. Il a affirmé que toutes les parties prenantes se sont engagées pour la réussite de cette conférence. Mais aussi, il a invité les partis membres de la CMP à l'union pour la mise en œuvre du programme social du Président de la République. Aussi, Pr. Sangaré a indiqué qu'un forum d'échange se tient au sein de la CMP sur la conférence d'entente nationale.
Ensuite, les élections locales et régionales à venir. Pour cela, il a d'abord salué la fidélité des militantes et militants du parti lors des élections précédentes. Selon lui, l'ADEMA est sorti deuxièmes avec 1669 conseillers communaux et plus de 130 maires lors de ces élections. Il n'a pas oublié les revers du communal de 2016. Notamment les bulletins prévôtés détectés et la contestation des résultats devant les tribunaux. Puis, il précise que le parti est prêt à collaborer avec d'autre parti lui permettant d'occuper le maximum de chaises possibles.
Puis l'Accord pour la paix et la réconciliation issu du processus d'Alger. Le Mali est en quête de paix et de réconciliation depuis l'élection du Président de la République. Cet accord signé depuis le 15 mai et le 20 juin 2015 affronte beaucoup d'obstacles lors de sa réalisation. Tiémoko Sangaré pointe certains parmi les signataires d'être complices pour bloquer la mise en œuvre de l'accord. Il a ainsi lancé un vibrant appel à tous les partenaires, amis du Mali à s'investir franchement au côté des parties prenantes maliennes à l'accord. Mais, continue-t-il, malgré la signature de l'accord, les Maliens continuent de vivre le calvaire avec des exactions commises au nord et au centre du pays, la recrudescence des attaques terroristes, la fermeture dans beaucoup d'endroits, les services sociaux de base. Nonobstant tous ces revers, l'ADEMA réitère son soutien à l'accord car, dit-il, c'est la seule chose qui est entre la main des Maliens pour aller vers la paix et la réconciliation. Mieux vaut tard que jamais. L'accord avance quel que soit le retard. Avec le démarrage du MOC et la mise en place des autorités intérimaires, ajoute-t-il.
Enfin, la révision constitutionnelle qui, selon le chef des abeilles, renforce la démocratie malienne, réconforte la séparation des pouvoirs, préserve l'unité nationale, l'intégrité territoriale, la forme républicaine du Mali et son caractère laïc.
La majorité des responsables de l'ADEMA ont déjà pris de l'âge. Pour assurer la relève, le Professeur Tiémoko Sangaré a incité la jeunesse à s'armer de courage, à apprendre, à s'approcher au vieux. Pour sa part, le parti s'engage à former ces militants.
Plusieurs partis amis étaient présents pour cette occasion. Entre autres, le RPM, le PARENA, YELEMA, l'UM RDA, le RPDM, le PIDS, l'ADP-MALBA, l'APM MALIKO, l'UDD, le MIRIA, la CODEM, le MODEC, FARE ANKA WULI, SADI.
Yacouba TRAORE

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here