Mali: IBK critique les absents de la «Conférence d’entente nationale»

Au Mali, la « Conférence d'entente nationale » qui doit favoriser la réconciliation nationale s'est ouverte ce lundi 27 mars en présence du président Ibrahim Boubacar Keïta, mais sans les ex-rebelles de la Coordination des mouvements de l’Azawad (CMA) qui ont boycotté la conférence comme ils l'avaient annoncé. Dans son discours d'ouverture, le président IBK s'est montré véhément face aux absents, même s'il leur laisse la possibilité de revenir sur leur décision.

Ibrahim Boubacar Keïta emploie pendant son discours une métaphore très claire : « Cette conférence nationale est un train qui démarre. Ceux qui ne l'auront pas pris peuvent toujours le rattraper à une autre gare ». Un appel sans équivoque que le président lance à tous les sièges restés vides au Palais de la culture de Bamako.

Mais au-delà de cette main tendue, le discours présidentiel reste ferme : il exhorte « chacun à se demander, en son âme et conscience, en quoi ses postures enrichissent la démocratie ». « Je faillirais à mon devoir si je ne déplorais pas certaines absences et les discours qui les justifient », ajoute encore le président IBK.

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here