Grèves illimitées des agents de santé : L’opposition politique dans les hôpitaux

61

Suite au mouvement de grève déclenché par le personnel de la santé et de l’action sociale, les partis politiques membres de l’opposition républicaine et démocratique et le cabinet du chef de file de l’opposition ont entrepris la visite, le jeudi 23 mars, de certaines structures sanitaires de la ville de Bamako afin de constater de visu ce qui se passe sur le terrain. La forte délégation était conduite par : le président du FCD, l’ex ministre, M. Djibril Tangara. Elle s’est rendue à l’IOTA, l’Hôpital du Point G et l’Hôpital Gabriel Touré. Dans toutes ces structures, les membres des partis politiques de l’opposition ont rencontré les membres de la direction et les responsables syndicaux. Un seul constat se dégage : la désolation

C’est l’IOTA qui a été la première structure visitée. Là, la délégation a été accueillie par M. Mohamed Diarra, qui la conduite dans le bureau du DG, le Médecin Colonel, Mamadou Sory Dembélé. Celui-ci dira dans sa courte allocution que « jusqu’ici, il n’y’a pas eu d’incident ». Nous gérons de façon intelligente la situation, a-t-il précisé. Ensuite, ce fut une visite guidée dans les locaux. Si le service minimum est assuré, le constat est consternant. Les aller de l’hôpital sont vides. La salle d’accueil est déserte. Seules deux personnes se trouvaient derrière le comptoir. Sur les 8 guichets, un seul était ouvert, le guichet 4. « Le constat est amer. C’est un manque de volonté politique», déclarera, un responsable syndical, M. Sacko. Et d’ajouter « nous n’assurons que le strict minimum ».

Après l’IOTA, ce fut le tour de l’Hôpital du Point G de recevoir la visite de la délégation. Là, les membres de la délégation ont été accueillis par le responsable syndical du syndicat national de la santé, M. Fodé Synayoko, direction bureau du directeur de l’Hôpital pour les salutations d’usage. Le directeur de l’Hôpital, le Pr Idrissa A Cissé, a indiqué que le service minimum est assuré au sein de sa structure. Jusque là, explique-t-il, nous n’avons pas recensé un décès lié aux débrayages. Toute fois, prévient-il, il faut faire un distinguo entre les problèmes avant la grève et les problèmes pendant la grève. A l’Hôpital du Point G, c’est la désolation. Les problèmes ont pour nom manque d’outils de travail. Les appareils sont vétustes. Le Scanner ne fonctionne plus depuis près de 6 mois. La situation de l’appareil d’échographie n’est guère reluisante. Mais, c’est le laboratoire qui présente un tableau sombre. La spectrophotométrie est vétuste et frappée par l’obsolescence. L’ABX Pentra 400 acquis en 2012 est arrêté depuis 2016 par faute de réactif. Certaines salles du laboratoire manque de climatisation, ce qui a poussé le personnel a déplacé certains appareils. « Ce qui peut se faire aujourd’hui dans un CSCOM, ne peut pas se faire au Point G » lance un laborantin.

Les membres des partis de l’opposition ont terminé cette journée marathon par la visite de l’Hôpital Gabriel Touré. Dans son mot de bienvenue, le DG, Pr Kassoum Namourou Sanogo, a indiqué que le service minimum est plus qu’assuré. Et d’ajouter « le service d’urgence ne connait pas de service minimum, il tourne à plein régime ». Les membres de la délégation ont été conduits par le responsable syndical, M. Djimé Kanté dans les locaux de la pédiatrie. Là également la situation est lamentable.

La salle d’urgence de la pédiatrie manque de climatisation. « Nous avons des hôpitaux qui ne sont pas dignes de soigner mêmes les animaux », a déclaré, M. Djimé Kanté. La fin de la visite a été mouvementée. Les accompagnateurs des malades sont venus brouillements manifestés leur mécontentement. Dans leur propos, tous se disent déçus du Président de la République, SEM Ibrahim Boubacar Kéita. Ils ont demandé la démission du ministre de la santé pour incompétence. Même, les chefs religieux comme le président du Haut Conseil Islamique, l’imam Mahamoud Dicko et le Chérif de Nioro n’ont pas été épargnés par les critiques acerbes. Pour ces accompagnateurs, ils sont tous responsables de cette situation.

A noter qu’en plus de Djibril Tangara, la délégation était composée du 2e vice-président de l’URD, le Pr Salikou Sanogo, le 1er vice-président des Fare, M. Souleymane Koné, du président de l’APDM, Dr Aboubacar Sidiki Fomba, du Président de la Lumière, M. Seydou Diawara, de M. Nouhoum Togo, représentant le PDES et membre du cabinet du chef de file de l’opposition, du représentant du Parena et bien d’autres.

Nous reviendrons dans nos prochaines parutions sur d’autres aspects de cette tournée.

Abdrahamane Sissoko

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here