Des sceptiques de la paix

29

À Tombouctou, il y avait du scepticisme pour la conférence d'entente nationale. Ils étaient nombreux à croire à l’échec de cette conférence d’entente nationale ouverte hier lundi. Les populations de la ville ne cachent point leur scepticisme à propos de cette importante rencontre. Les raisons sont connues. Aux concertations régionales, il a été dit que chaque région devrait être représentée par 50 délégués. Aujourd’hui, on parle de 10 personnes. Pour les autorités intérimaires, il n’y avait toujours pas d’accord entre le gouvernement et les groupes armés contestataires. La non-tenue de ces concertations régionales à Kidal, qui constituent une phase préparatoire de la conférence d’entente nationale.

Le boycott de l’opposition, celui des groupes armées et la non représentativité des chefs traditionnels et du RECOTRAD, composante essentielle de la société civile, pour débattre des questions sur les entités mémorielles et réfléchir à une approche du vivre-ensemble. 300 participants seulement doivent s’exprimer en lieu et place de 15 millions d’habitants. Voici en somme les raisons avancées par bon nombre de citoyens qui ont accepté dans les points de rencontre, aux bureaux, en famille et au cours des débats de groupe, de donner leurs opinions sur la question.

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here