IBK Gouvernance chaotique du régime IBK : Le Mali est-il à l’abri d’un soulèvement populaire ?

47

Le constat est alarmant. A cause de la gestion chaotiquement chaotique du régime IBK, le Mali est sur une poudrière. Tous les segments de la vie sont paralysés. Face à la cherté de la vie, la Majorité des Maliens qui crie, broie en ces moments le noir. C’est le ras-bol généralisé. Du coup, le Mali qui est fragilisé n’est pas à l’abri d’un soulèvement populaire.

Plébiscité en 2013 pour mener à bon port le bateau Mali, Ibrahim Boubacar Kéïta a lamentablement échoué. Sa gestion est décriée sur tous les toits. En effet, les conseils des ministres ordinaires comme extraordinaires se sont succédé ce dernier temps à un rythme infernal, non pas pour apporter la moindre solution à la demande sociale de plus en plus croissance, mais pour satisfaire les désidératas de la minorité arabo-touaregs qui a pris les armes contre la République. Le 10 mars 2017, un conseil des ministres extraordinaire a eu lieu avec un seul point à l’ordre du jour : « projet de loi relatif à la révision de la Constitution du 25 février 1992 ». Le samedi 18 mars 2017, un autre conseil des ministres extraordinaire a eu lieu pour fixer la date de la tenue de la conférence d’Entente Nationale du 27 mars au 02 Avril 2017 comme prévu dans l’Accord pour la Paix et de Réconciliation. Au même moment, les hôpitaux et autres Centres de Santé de Référence sont déserts depuis plus de 18 jours. Les élèves du fondamental et du secondaire du ressort de l’Etat sont en congés forcés depuis plus de 15 jours. Et le syndicat de la Direction Nationale du Commerce et de la Concurrence a emboité le pas aux syndicats de la Santé et de l’Education pour paralyser le secteur du commerce pendant une semaine. Le comité de l’Association des élèves et étudiants du Mali(Aeem) menace aussi d’aller en grève.

Le constat qui se dégage face au front social en ébullition, est malheureusement que le régime IBK privilégie certaines couches socio-professionnelles au détriment d’autres. Et son silence face à la grève du corps médical qui a entrainé des morts est un aveu d’incompétence et d’insouciance. Jusque quand durera l’indifférence du régime IBK ? Jusqu’où le régime continuera de faire la sourde oreille face aux aspirations du peuple malien ?

En tout cas, l’heure est vraiment très grave. Et vu l’amateurisme, l’insouciance et le pilotage à vue du régime IBK, le Mali n’est pas réellement à l’abri d’un soulèvement populaire.

Aliou TOURE

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here