Kalabancoro : Lex-maire Ballo défie le RPM

40

Avec la décision de la Cour suprême annulant l’élection du maire Issa Ballo à Kalabancoro, c’est le RPM (avec 7 conseillers) qui vient en tête. Mais l’édile invalidé ne veut pas l’entendre de cette oreille.
L’ex-maire de Kalabancoro, Issa Bocar Ballo du Cnid, est monté au créneau à la faveur dune conférence de presse le vendredi 24 mars à son domicile à Kalabancoro. L’objectif était de mettre la lumière sur les faits, une victoire aux élections municipales “arrachée par le RPM”.
“Je suis arrivé en tête aux élections municipales avec 2190 voix contre 1680 voix au RPM”, clame-t-il. Il a soutenu que le résultat issu des bureaux de vote est différent des résultats de la Céni. D’où toutes les manipulations du candidat du RPM pour annuler ses voix dans les bureaux de vote de Sabalibougou et Gouana qui sont censés être ses bases avec plus de 462 voix.
A len croire Ballo, le candidat du RPM est à la base de toute cette machination tendant à arracher la victoire méritoire du candidat valable réclamé par la Commune.
Selon Issa Bocar Ballo, depuis 2004, le Congrès national d’initiatives démocratiques (Cnid-Faso Yiriwaton) est fortement ancré dans la Commune rurale de Kalabancoro, grâce à sa vision politique, mais force est de constater que depuis le projet de construction du marché certaines minorités, en complicité avec le RPM, ont voulu amplifier la chose. “Nous n’accepterons jamais de la vie que notre victoire soit arrachée par quiconque, cela restera gravé dans l’histoire de Kalabancoro”, a proféré lex-maire Issa B. Ballo.
Dans la Commune rurale de Kalabancoro (cercle de Kati, région de Koulikoro), la Cour suprême a annulé les opérations électorales des bureaux n°1, 2, 3, 4, 5, 6, 7 et 8 du centre de Gouana et n°1, 2, 3 et 4 du centre de Sabalibougou-Est.
Le juge a souligné que “les élections municipales du 20 novembre 2016, dans la commune rurale de Kalabancoro ont été entachées de fraudes et d’irrégularités graves”. Que le préfet de Kati, Sadio Kéita dans le traitement et la proclamation des résultats des élections a “excédé les pouvoirs de contrôle et de suivi électoral que la loi lui confère, en modifiant les résultats en faveur de certains partis en lice, sans aucune explication”.
Pour le juge du tribunal administratif des erreurs de calcul ont été volontairement commises dans lattribution des voix et de sièges entre les listes en compétition sans quaucune structure nen donne la moindre explication.
La juridiction suprême au Mali a annulé les opérations électorales des bureaux de vote du centre de Gouana et de Sabalibougou-Est. En tout état de cause, Issa B. Ballo clame son innocence et reste confiant en la justice de son pays pour que le droit soit dit.
Alassane Cissé

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here