Téléphones mobiles et économie familiale : Comment Orange et Malitel contribuent à appauvrir des ménages ?

39

Le budget individuel de l’utilisation du téléphone portable est un désastre pour l’économie des ménages au Mali. Un doigt accusateur est pointé sur l’Etat qui ne protège pas les consommateurs. Outre son rôle de catalyseur de la croissance économique, le téléphone mobile a un impact ‘’négatif’’ sur l’économie familiale. Les sociétés de téléphonies, Sotelma-Malitel et Orange Mali contribuent dans une certaine mesure à appauvrir les Maliens.

Selon les résultats de l’Enquête Modulaire et Permanente auprès des Ménages (EMOP), réalisée par l’INSTAT et rendus public, le 10 février 2017, 84,8% les ménages possédant le téléphone portable, tandis que seulement 10,6% disposent de la connexion Internet. Très peu de ménages ont un ordinateur (3,7%) et/ou un téléphone fixe (1,8%). Ce taux très élevé de possession du téléphone mobile n’est pas sans conséquence sur le budget familiale.

En cette ère de 21ème siècle où l’accès aux nouvelles technologies de l’information et de la communication (NTIC) est de plus en plus facile avec un parterre d’offres les plus révolutionnaires les unes que les autres, le budget des ménages en Afrique surtout au Mali, en prend un coup. La téléphonie mobile qui est entrée dans les habitudes des citoyens notamment en milieu urbain, ressort comme un outil qui appauvrisse les populations à cause d’une utilisation abusive.

Les NTIC ont aujourd’hui une place de choix dans le développement des nations. Et l’Afrique n’y fait pas exception. Cependant, dans la plupart des pays africains, singulièrement au Mali, le téléphone portable, malgré son effet moteur sur la croissance économique, a tendance à produire l’effet contraire au sein de la société. Les dépenses liées au téléphones se font au détriment des charges de la famille (besoins alimentaires, l’habillement etc.).

Dans les familles, tout le monde dispose d’un téléphone portable, tout le monde communique et navigue sur internet. C’est une réalité irréfutable dans les villes maliennes et deux opérateurs (Malitel et Orange Mali) se partagent le marché. Le téléphone est à la portée de tous, mais tous ne tirent pas profit du téléphone portable. Pour bien de citoyens, c’est juste un outil de communication. Pour autant, son utilisation a un coût non moins négligeable.

Le budget familial soumis à rude épreuve

L’économie familiale est à l’épreuve de l’utilisation du téléphone portable. Avec une publicité agressive (promotion d’achat de crédit et de forfait, des promo allant de 100% jusqu’à 300%), les opérateurs de téléphonie mobile incitent les populations à utiliser leurs maigres ressources dans l’achat des crédits de communication et d’internet. Le Mali, société orale par excellence où les liens familiaux et parentaux sont encore très forts, cet outil s’est vite retrouvé au cœur du système. On s’appelle, on se dit tout et rien à la fois. Comme un effet de mode, tout le monde veut être connecté. Dans une inconscience totale, les Maliens (de tous les âges) alimentent leurs comptes réseaux régulièrement sans en utiliser judicieusement. Conséquence, ce sont des milliers de FCFA dépensés par semaine au dépend du budget familial. Ce qui contribue à gonfler les chiffres d’affaires des deux sociétés présentes sur le marché qui amassent chaque année des milliards pour les redistribuer à leurs actionnaires.

Pour Aliou Mahamadou Maïga, enseignant, le budget de la communication téléphonique mensuel est supérieur à l’entretien de trois gosses pour la même période. « Nous les enseignants, nous calculons tout. Je compare souvent ma communication à mon prix de condiments. Le budget de la communication téléphonique mensuel est supérieur à l’entretien de trois gosses pour la même période. J’ai eu à faire cette comparaison. Personnellement le téléphone portable me coûte 6000 à 7500 FCFA par semaine. Je consomme plus dans la communication que dans l’essence. Les dépenses du téléphone portable se font au détriment des charges de la famille. Exemple j’ai cinq membres de ma famille qui consomment chacun au minimum 500 FCFA dans la communication par jour, ça fait 75.000 FCFA/mois, trop coûteux pour mes maigres économies», souligne-t-il.

 

B.D, étudiante à la faculté des sciences juridiques et politique de Bamako nous raconte : « Je possède les SIM (Malitel et Orange). Pour moi c’est inimaginable de passer la journée sans me connecter. Je m’arrange toujours à avoir du crédit ou du forfait dans l’un ou l’autre SIM. Je dépense entre 5000 à 6000 FCFA par semaine. C’est coûteux par mois, mais on ne peut pas s’en passer ». O.K, est major de l’armée malienne pense que les sociétés de téléphonie mobile appauvrissent les consommateurs. « Ce qui se passe, c’est l’utilisation excessive du téléphone portable par les gens sans raison. On utilise plus le téléphone pour le besoin, mais pour simplement causer avec les amis. Je pense que les gens ne s’en rendent pas compte du gaspillage. Ces réseaux nous appauvrissent. Je peux vous assurer qu’avant les années 2000, les dépenses mensuelles étaient nettement inférieures. Aujourd’hui, les dépenses se sont doublées. Personnellement je consomme entre 2000 à 5000 FCFA/semaine, sans compter pour les enfants. Quand je fais la somme des dépenses liées au téléphone par mois, je vous dis que c’est plus que ce que nous mangeons, surtout que les opérateurs téléphoniques nous incitent avec des offres promotionnelles. C’est du gaspillage », confie-t-il.

Les consommateurs abusés …

« L’impact du téléphone portable sur le budget familial est négatif. Et pour plusieurs raisons. La première est l’insouciance des citoyens quant au coût de la communication de tous les jours. Les gens ne se rendent pas compte qu’ils dépensent beaucoup d’argent et souvent pour rien. Chez nous, la plupart des consommateurs n’utilisent pas le téléphone comme outil de travail, ils en utilisent pour entretenir des liens parentaux, amicaux etc. La deuxième raison, c’est la facturation imposée par les opérateurs qui n’est pas du tout contrôlable. Par exemple, Orange Mali et Malitel n’ont pas le même niveau de facturation des unités. Et c’est là qu’on abuse les consommateurs. Ce n’est pas tout. La connexion internet au Mali est des plus instables. Vous payez le service, en retour vous n’êtes pas satisfait. Du coup, le budget familial est soumis à rude épreuve. Au finish, ce qui est dépensé dans la communication ne l’est pas pour les charges quotidiennes de la famille  », explique Dr Adama Traoré, président du Réseau malien des consommateurs de la téléphonie mobile (Remacotem).

Le budget individuel de l’utilisation du téléphone portable est un désastre pour l’économie des ménages au Mali. Un doigt accusateur est pointé sur l’Etat qui ne protège pas les consommateurs. Pour ce défenseur des droits des consommateurs, l’Autorité malienne de régulation des télécommunications et du postes (AMRTP), chargée du contrôle des télécom au Mali est défaillante quant à la protection des consommateurs.

C’est dire que le téléphone portable, outre son rôle de catalyseur de la croissance économique, a un impact ‘’négatif’’ sur l’économie familiale et contribue dans une certaine mesure à appauvrir les Maliens.

Naré Famakan Konaté dit Sabali Kagni

Source : L’investigateur


Source : Maliweb

Maliweb

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here