Grève de la santé : De nombreux décès chez les enfants

58

La grève illimitée du personnel de la santé dure depuis une vingtaine de jours. Quel est le nombre de victimes dans les structures de santé ? Nul ne sait. Mais une chose est sûre : la grève a fait de nombreux décès chez les enfants au niveau des pédiatries et d’autres structures sanitaires de la capitale. Question ? Comment les autorités maliennes peuvent-elles avoir la conscience tranquille avec tous ces morts qui s’entassent dans nos hôpitaux à cause de cette grève ? Le président Ibrahim Boubacar Keïta mesure-t-il l’ampleur du désastre causé aux populations ?

Grève de la santé

Des négociations ouvertes après le drame

Les négociations entre les autorités et le syndicat national de la santé se sont (enfin) ouvertes le mardi 28 mars dernier. Ces négociations devraient se poursuivre hier. Or, jusqu’ici, le gouvernement avait refusé d’entamer des pourparlers avec les grévistes. Sans doute, les autorités espéraient sur le fléchissement du syndicat de la santé. C’était sans compter avec la détermination des blouses blanches.

Aujourd’hui, le gouvernement, face au drame des populations, est contraint de trouver une solution à cette grève. Entre temps, le dégât est énorme. Alors pourquoi avoir attendu tout ce temps pour engager le dialogue? Les responsables du pays sont seuls coupables de ce drame qui a occasionné des dizaines de morts.

Grève de la santé

Les propositions du gouvernement attendues…

Le mardi 28 mars, plusieurs tractations ont eu lieu pour trouver une issue à la grève du personnel de la santé. Ainsi, après avoir rencontré le syndicat de la santé et de l’action sociale, la ministre de la santé a eu des séances de travail avec ses collègues de l’Economie et des Finances, et celui de l’action sociale. Ainsi, le gouvernement s’apprêtait hier, mercredi, à faire de nouvelles propositions au syndicat. Il semble qu’entre les deux parties (gouvernement et syndicat) certains points de désaccord subsistent à présent. Il s’agit notamment de la revendication des travailleurs de la santé portant sur les primes.

Conférence d’entente nationale :

Comment la CMA a levé son boycott

Les mouvements armés (CMA et Plate-forme) avaient décidé de boycotter la conférence d’entente nationale, ouverte le lundi dernier, à Bamako. Mais très vite, le gouvernement avait réussi à convaincre les responsables de la plate-forme pour qu’ils acceptent d’y participer.

Pour amener la CMA (coordination des mouvements de l’Azawad), le gouvernement n’a pas lésiné sur les moyens. En effet, des tractations ont eu lieu toute la semaine dernière afin que ce mouvement accepte d’être présent dans la salle lors de l’ouverture. Selon certaines sources, depuis le samedi dernier, un compromis aurait été trouvé entre les deux parties (gouvernement et CMA). Ainsi, le gouvernement aurait accepté toutes les conditions posées par la CMA pour participer à la conférence. Mais, les rebelles de la CMA exigeaient de la part du gouvernement la diffusion d’un communiqué officiel. Ce qui n’a pas été fait. Dès lors, la CMA a décidé de ne pas venir. Le lundi, une parade a été retrouvée à travers les discours pour satisfaire la CMA. Celle-ci exige que cette conférence consacre, en réalité, le lancement de dispositions de l’accord qui n’ont pas été appliquées à présent.

Boulkessi :

Deux gendarmes tués…

Hier matin, le poste de contrôle de la localité de Boulkessi a été attaqué par des hommes armés. Bilan : 2 gendarmes tués et 1 autre porté disparu. En l’espace de trois semaines, c’est la seconde attaque qui a visé cette petite localité, située à la frontière entre le Mali et Burkina Faso.

Il y a quelques jours, la localité avait été attaquée. Le bilan de cette attaque fut très lourd : 13 soldats avaient trouvé la mort, et de nombreux blessés.

La Rédaction

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here