Humeur : Le train d’IBK

43

Le président de la république, à l’ouverture  de la Conférence d’Entente Nationale a emprunté l’image du train pour inviter les indécis  à le rejoindre. « Les retardataires prendront le train à une autre gare », ironisait-il ? Diantre ! De quel train parle-t-il ?

En tous les cas la parabole est en soi une belle moquerie, un aveu d’échec. Non seulement, son train national est en panne pire,  il n’a même pas  quitté une quelconque gare. Pas de Bamako vers et vice versa. Par défaut de locomotive, les trains réels de ce pays  sont  contraints à l’immobilisme  depuis .De Koulikoro à Kayes en passant par les Ateliers Centraux de Korofina, leur cimetière.

En effet, l’image du train utilisée par le Chef de l’Etat  à cette cérémonie est comme une humeur caustique pour des milliers de  populations  des rails et des cheminots. C’est bien connu, ceux-ci vivent le spleen depuis que lui  IBK est au pouvoir. Du fait de ses promesses non tenues, ses éléphants blancs, les trains sont morts et les citoyens  des villages de la voie ferrée, sont dans une asphyxie totale.

C’est à juste raison que l’allusion faite au train est aux yeux  des maliens de l’Ouest, les vrais usagers des rails, comme  une provocation.  Les propos auraient moins de piquant si le cadre n’était pas cette solennelle rencontre d’une Conférence dite d’Entente nationale dont le mobile bien que préoccupant,  se trouve être une rébellion atroce dont l’épicentre se trouve au Nord du Mali.

Ce lundi, le train imagée d’IBK  a crée une confusion folle  chez ce vieil ancien combattant du Khasso. Il se demande, si désormais  le président souhaite que le train parte à Kidal ou c’est la rébellion qui va embarquer  dans les wagons  pour le véritable chemin de fer? Intéressante  question !

Le grand chef aurait été mieux inspiré en parlant de caravane de chameaux à cette occasion. Cette caravane peut aussi arriver en retard personne ne dira mot. Elle arrivera tout de même  au moins pour boire dans les eaux sucrées du Djoliba, au propre comme au figuré. Avec cet adage bien populaire qui enseigne que le chien aboie, la caravane passe.

Il ya alors cas pendable de payer par un mea culpa cet usage de la formule train en gare à défaut de remettre le train Mali sur les rails.

En liant l’un à l’autre, ne faut –il pas désespérer de ce monstrueux train d’IBK.

Le fameux est virtuellement  sur des rails déglingués avec à bord des  voyageurs  sans  respect pour l’heure de départ pourtant bien connu du TRAIN.

Alahina Sidy Diallo

Khasso- Hawa Dembaya (Kayes)


Source : Maliweb

Maliweb

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here