Concours national d’orthographe et de lecture : 19 lycées en lice

L’Association «Bi Kalanko» ou la problématique du système éducatif a été créée le 25 mars 2014. Elle s’emploie non seulement à cultiver l’excellence à l’école, et à donner le goût de la lecture mais aussi à enrichir le vocabulaire des élèves et mettre en exergue leur savoir et savoir-faire. Après les deux premières éditions de 2014 et 2015 à Bamako, l’association, en partenariat avec le ministère de l’Education nationale, a décidé de délocaliser le concours dans les capitales régionales afin que les régions aussi se sentent concernées par la politique nationale d’amélioration de notre système éducatif. Ainsi, après Kayes l’année dernière, Koulikoro a accueilli, samedi dernier, la 4è édition du concours national d’orthographe et de lecture sur le thème : « Cultivons la paix et la réconciliation, à travers une école performante, chemin de réussite ». Cette édition, dédiée à feu Pr Bakari Kamian, était coprésidée par la marraine du concours, Mme Togola Jacqueline Marie Nana, ancien ministre de l’Education nationale et député à l’Assemblée nationale et le gouverneur de la région de Koulikoro, El Hadj Sékou Coulibaly. Etaient aussi présents le directeur national de l’enseignement secondaire général, Koro Monzon Koné, le président de « Bi Kalanko » et du CNOL-Mali, Souleymane Diarra. Pendant une semaine (25 mars au 3 avril), 19 élèves des lycées publics et privés de notre pays vont concourir pour bien écrire et lire la langue française. Ils seront invités à bien épeler les différentes orthographes et de bien lire les différents textes qui leur seront soumis par un jury dirigé par Bana Moussa Baghaka. Les trois premiers lauréats seront récompensés avec des prix. Chacun d’entre eux aura un ordinateur portable, trois grands dictionnaires, des romans, des livres d’orthographe et de grammaire. Ils auront aussi respectivement une médaille d’or, une d’argent et de bronze et une enveloppe symbolique (50.000 à 100.000Fcfa). Les encadreurs des 3 premiers auront eux aussi des dictionnaires, des romans, des livres et des casques. Les écoles qui ont participé recevront des attestations de participation. La délocalisation du concours dans les capitales régionales est une occasion, permettant aux élèves de notre pays de connaitre nos régions et leurs diversités culturelles. « A l’heure de cette mondialisation, nous devons accompagner les enfants pour relever les défis de l’heure en cultivant le goût de l’effort personnel, du travail bien fait et de l’excellence », estime Souleymane Diarra. En dédiant l’activité au grand historien, Bakari Kamian les responsables du CNOL-Mali ont fait le choix éclairé d’honorer un homme qui a toujours cultivé la paix et la réconciliation et aussi consacré toute sa vie au rayonnement de l’école malienne. Koro Monzon Koné a soutenu que le choix de l’homme est en parfaite harmonie avec le thème. Quant au gouverneur, il a constaté que le concours national d’orthographe et de lecture vise l’amélioration de la qualité de l’enseignement, à travers la maitrise de deux disciplines clés que sont l’orthographe et la lecture, indispensables pour avoir une base solide. Pour lui, le concours contribue à parfaire la qualité des produits de nos écoles avant d’inviter les candidats à s’engager à fond dans cette émulation. « Nous sommes dans un monde intellectuel où les médiocres n’ont plus leur place. J’invite donc les candidats à redoubler d’efforts et les responsables du concours à aller plus loin. Il faut donner à la langue française ce qu’elle mérite », a expliqué Jacqueline Marie Nana. En marge du lancement officiel du concours, il y a eu une rencontre avec le gouverneur, la mairie et les responsables du Conseil régional et représentants des familles fondatrices de Koulikoro.

Sidi Y. WAGUE

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here