Le maire Issa Bocar Ballo contre le verdict de la Cour suprême : «Nous n’accepterons jamais que notre victoire, dignement gagnée, soit arrachée au profit d’un individu…»

90

Imperturbable sur sa victoire gagnée aux élections communales du 20 novembre 2016, le Maire de Kalaban-Coro, Issa Bocar Ballo se montre inflexible et prévient fermement: «Nous n’accepterons jamais que notre victoire, dignement gagnée, soit arrachée au profit d’un individu. Nous voulons que le droit soit dit dans toute sa rigueur».

Pour rebondir sur le verdict que la Cour Suprême a rendu public depuis le mardi 14 mars 2017 mettant en cause sa brillante élection à la tête de la Mairie de Kalaban-Coro, le Maire évincé Issa Bocar Ballo, ayant observé un silence, sort enfin de sa léthargie pour se montrer intraitable pour quiconque veut lui voler sa victoire ; en l’occurrence, la coalition des partis politiques mécontents d’avoir mordu la poussière aux élections communales du 20 novembre 2016 dont la tête de proue est le candidat malheureux du RPM, Tiécoura Hamadoun Diarra.

Au cours d’une conférence de presse qu’il a animé à son domicile, le vendredi 24 mars dernier, le Maire de Kalaban-Coro a loué la bonne organisation des élections le 20 novembre 2016 dans la Commune Issa Bocar Ballo, contrairement à ce qu’affirment ses opposants, il était bel et bien victorieux des municipales du 20 novembre 2016.

«Il faut se soumettre aux résultats des urnes et le parti qui a plus travaillé doit mérité son résultat», a indiqué, en substance, le Maire Ballo. A l’en croire, une trentaine de partis étaient en compétition, le 20 novembre 2016, où le CNID-FYT, son parti, a obtenu 2190 voix avec 8 Conseillers et le RPM, deuxième, avec 1680 voix et 7 Conseillers.

Pour Tiécoura Hamadoun Diarra, candidat du RPM, c’est tout sauf Issa Bocar Ballo comme Maire de Kalaban-Coro. Et le Maire de lui répondre qu’il y a 35 ans qu’il travaille dans cette commune pour le développement en sa qualité d’enseignant.

«J’ai travaillé pour donner de l’eau potable dans les villages, pour construire des salles de classe, tout cela ne peut pas être vain », a estimé le Maire contesté. Et à lui d’ajouter : «Si j’étais battu, j’allais féliciter les gagnants et jamais j’œuvrerais à troubler la quiétude sociale dans ma Commune».

Répondant au verdict de la Cour Suprême qui a annulé environ 12 Bureaux de vote, le Maire Ballo dira que les élections à Kalaban-Coro n’ont été émaillées à rien.

Unilatéralement, ce sont les Bureaux de vote des circonscriptions de Gouana et Sabalibougou-Est, réputées former le fief  du Maire qui se trouvent ainsi annulés. Environ 12 Bureaux de vote, où le parti du Maire Ballo a enregistré plus de 476 voix contre 75 pour le RPM. Pour lui, il n’y a jamais eu ni de vol ni d’autres anomalies inadmissibles dans ces Bureaux annulés.

Le hic aura été que le candidat du RPM est en train de crier sur tous les toits du Mali que seul le RPM mérite Kalaban-Coro. Avec le verdict de la Cour Suprême, le CNID perd trois de ses Conseillers en toute injustice. Le Maire lui ne demande que la restitution de ses trois Conseillers.

Le plan des opposants au Maire de Kalaban-Coro est tout simple. Il faut mettre le RPM, parti au pouvoir, devant, pour pouvoir bénéficier du soutien du parti, de son Président et influencer les juges.

En tout cas, le Maire Ballo et ses alliés disent être confiants au Président de la République, Ibrahim Boubacar Kéïta. Ce, étant donné que le  CNID-FYT est un parti membre de la Convention de la majorité présidentielle. Ici, ils sollicitent tous l’intervention du Chef de l’Etat pour que la vérité soit dite et qu’on respecte le vote de chaque citoyen.

Sinon, «nous n’accepterons jamais que notre victoire, dignement gagnée, soit arrachée au profit d’un individu», persiste et signe le Maire Issa Bocar Ballo.

Cyril ADOHOUN


Source : Maliweb

Maliweb

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here