Mali : situation humanitaire toujours préoccupante

85

Le nombre de Maliens qui avaient besoin de l’aide humanitaire était estimé à 2,5 millions en 2016. Ce chiffre dépasse déjà 3,5 millions au premier trimestre 2017.
Le Mali fait face, depuis 2012, à une crise politico-sécuritaire. Les conséquences de ce conflit s'ajoutent à l'insécurité alimentaire et la malnutrition qui touchent l'ensemble du pays. La situation reste particulièrement préoccupante dans les régions nord.

Dans son dernier bulletin humanitaire au titre de 2016 sur les besoins humanitaires au Mali, le bureau de la coordination des affaires humanitaires des Nations-Unies (OCHA) dresse un tableau peu reluisant du cadre de vie des populations maliennes, notamment celles vivant dans le nord du pays.
Selon ce bulletin, plus de 2,5 millions de personnes sont en situation d'insécurité alimentaire parmi lesquelles 2,2 millions sont en insécurité alimentaire modérée et 315 000 sont en insécurité alimentaire sévère dans le nord. « Le conflit armé et l'occupation des régions du nord en 2012 ont fortement contribué à la détérioration de la situation humanitaire au Mali où d'importantes problématiques structurelles existaient avant la crise. En effet, la population, estimée à 17 819 000 en 2015, subissait déjà les conséquences de crises nutritionnelles et alimentaires répétitives.
Interventions
Ces insuffisances structurelles ont été encore aggravées par l'insécurité persistante et les mouvements de populations liées au conflit », note OCHA. Ces problématiques, ajoute le bulletin, sont plus accentuées dans les régions du nord où la situation sécuritaire demeure précaire malgré la signature de l'accord de paix en mai et juin 2015. Selon le Bureau, la région de Tombouctou est en urgence nutritionnelle avec un taux de malnutrition aigüe globale (MAG) estimé à 17,5 % et de malnutrition aigüe sévère (MAS) estimé à 3,5 %.

Ces taux dépassent le seuil d'alerte fixé par l'OMS, soit 10 %. Toute chose qui nécessite des interventions d'urgence afin de sauver des vies.
Au même moment, certaines zones, notamment Mopti et Tombouctou, restent peu accessibles aux acteurs humanitaires, privant ainsi les populations d'accéder à l'assistance dont elles ont besoin. En effet, l'année 2016 s'est achevée avec une recrudescence inquiétante des contraintes d'accès humanitaire enregistrées au Mali. En tout, 68 incidents ont été enregistrés dans les régions nord du pays en 2016, dont les ¾ au cours du dernier semestre de l'année.

Pénurie

Il faut souligner par ailleurs le besoin de réhabilitation des infrastructures hydrauliques et sanitaires dans le nord du Mali, ainsi que la nécessité de réaliser des points d'eau, surtout dans les régions de Gao et Kidal, où le problème d'eau potable se pose avec acuité. L'on note également d'importants besoins en eau au sud, où les régions de Ségou et Koulikoro présentent aussi de faibles taux d'accès à l'eau potable.

La pénurie d'eau dans le nord du Mali est à la fois liée aux conséquences du conflit et de l'insécurité et à des facteurs naturels et structurels.

Dans son rapport d'évaluation de la situation de l'approvisionnement en eau dans les régions de Gao et Kidal, l'ONG internationale IEDA Relief fait état d'importants dommages aux infrastructures d'eau potable survenus lors du conflit et de l'urgence de réhabiliter les points d'eau non fonctionnels.
Par ailleurs, afin de garantir une production continue d'eau potable au niveau des villes de Gao et Kidal, le rapport souligne l'importance de garantir la fourniture de carburant pour les générateurs des systèmes d'adduction.

L'ONG préconise aussi des distributions gratuites d'eau en cette période de forte chaleur où le niveau de la nappe a considérablement baissé. Malgré l'ampleur des besoins identifiés, les actions des partenaires humanitaires restent limitées faute de ressources.

Appel de fonds

Les organisations humanitaires au Mali lancent un appel de fonds de 293 millions de dollars (environ 172 milliards de FCFA). Ce, pour venir en aide à près d'un million et demi de personnes touchées par la crise sur un total de 3,7 millions de personnes dans le besoin. Ce chiffre a augmenté par rapport à 2016 où la cible était d'un million de personnes sur un total de 2,5 millions dans le besoin. Ces ressources serviront à la mise en œuvre du plan de réponse humanitaire 2017 élaboré par les principaux acteurs humanitaires au Mali.

En tout, près de 140 projets sont prévus, principalement dans les régions du nord et du centre du pays qui sont affectées par le conflit et les violences. Ce processus d'appel de fonds de la communauté humanitaire au Mali est effectué chaque année. En 2016, il se chiffrait à 354 millions de dollars.

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here