Mise en place du bureau de la CENI, sur fond de trahison politique : La CODEM accusée d’avoir trahi la majorité présidentielle au profit de l’opposition

C’est une CENI sous le contrôle de l’opposition qui va gérer les prochaines élections dans notre pays. Habituellement, dans notre pays, c’est l’opposition qui se plaignait d’être marginalisée dans la mise en place du bureau de la CENI. Aujourd’hui, c’est le contraire. C’est elle qui est en position de force, selon la configuration du bureau de la CENI qui a été mis en place la semaine dernière. La majorité présidentielle n’est représentée que par 3 personnes, alors que l’opposition se frotte les mains avec 5 représentants et à des postes pas les moindres dans le bureau de la CENI. Il s’agit du très stratégique et lucratif poste de Questeur, confié à l’URD, à la personne de Dr Beffon Cissé, des postes de premier vice-président, confié au PARENA à travers Dadjié Sogoba, de 3e vice-président, à la personne de Massa Sogoba de SADI, de 5e vice-président confié au représentant de l’ADP-Maliba, et de 7e vice-président à celui du PRVM Fasoko. Pendant que la majorité présidentielle se contentera des postes de 2e Questeur, de la 4e vice-présidence et de la 6e vice-présidence.
D’après des informations crédibles, il semble que c’est le représentant de la CODEM qui aurait trahi la majorité présidentielle au profit de l’opposition. Car, selon nos sources, à chaque vote, l’opposition a battu la majorité par 8 voix contre 7. Et le pot-aux-roses a été découvert lors du vote du poste de 4e vice-président. La majorité a été surprise de voir l’opposition proposer le représentant de la CODEM à ce poste. Et il a gagné par le même score. Ce qui fait dire à certains que c’est la CODEM qui a trahi la majorité présidentielle. Nous avons essayé d’entendre la version du représentant de la CODEM. En vain. Nous avons joint le secrétaire à la communication du parti de la Quenouille sur le sujet, il ne nous est plus revenu.
Le représentant de la CMA à la CEN : «Nous sommes venus pour reconstruire un pays et refonder sur des bases solides »
Les responsables de la CMA avaient raté le démarrage du train de la Conférence d’Entente Nationale (CEN). Fort heureusement, ils ont repris le train à la gare de la restitution des travaux des consultations régionales, au deuxième jour de la rencontre. Lors de son adresse aux participants, le représentant de la CMA a affirmé toute sa joie de se trouver en compagnie de ses compatriotes maliens. Il a indiqué qu’ils sont venus contribuer à l’édification nationale. «C’est l’objectif pour lequel nous sommes venus. Nous sommes venus pour reconstruire un pays et refonder sur des bases solides. Nous avons pris le train à la gare de la restitution. Nous voulons un Mali prospère et uni. Il ne faut pas avoir peur de la CMA. Elle n’est pas un fantôme. Nous allons apporter notre contribution dans les commissions. Nous ne sommes pas venus hier, parce que nous n’avions pas vu les conditions réelles d’une entente nationale », a-t-il déclaré.
Rassemblés par la rédaction

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here