Affrontement imminent entre agriculteurs et peuls éleveurs dans la commune de Nara : Le juge, le Préfet et le Commissaire de Police mis en cause !

Depuis quelques mois déjà, une guerre ethnique a éclaté entre les peulhs et les paysans dans la préfecture de Macina, dans le delta central du Niger à savoir Téninkou, Youwarou et même une partie de la préfecture de Mopti.
Chaque ethnie veut se venger sur l’autre pour des raisons diverses à savoir l’accès aux bourgoutières, l’occupation des passages d’animaux par les champs. Cette atmosphère chargée d’électricité a été compliquée par les djihadistes qui sont constitués majoritairement de peulhs opposés à l’école occidentale. Les affrontements sont fréquents entre les paysans et les peuls, dans cette partie du Mali en raison de l’absence du pouvoir central dans cette certaine localités comme pour dire que la nature à horreur du vide. Les désaccords finissent toujours par des bains de sang, des expéditions punitives et des procès en cascade, du fait que l’administration et la justice en tirent des dividendes importantes, c’est pourquoi les camps adverses refusent de reconnaitre les verdicts. Les peulhs organisés en association mettent en commun des moyens financiers pour acheter les procès lorsqu’il y a affrontement avec les paysans. Ces fonds servent à soudoyer les administrateurs, la Gendarmerie, la Police et les juges pour trancher en leur faveur. Ce qui suscite souvent des soupçons d’iniquité de la part de l’administration et la justice.
Voici pourquoi, les populations n’ont plus confiance aux juges. Le cas des villages de BORELE et de TIEWELE commune de Nara n’échappera pas à la règle affrontement sanglant entre les paysans et les peuls dans les jours à venir.
A travers, une déclaration des habitants de ces deux localités, des signes de conflits se font sentir déjà. Et pourtant, les administrateurs, la police, la gendarmerie et le juge sont avertis. Par leur passivité complice, ces deux populations vont s’affronter et il y aura des morts d’hommes, des arrestations et des condamnations judiciaires.
Pour éviter le drame du delta central du Niger Il serait opportun pour le chef de l’exécutif régional de sillonner le Sahel occidental pour éteindre vite l’incendie avant qu’il ne soit trop tard. Le drame dans ce pays ce que c’est la politique du médecin après la mort. Pour éviter une répétition des affrontements du centre, l’administration doit bouger par des campagnes de sensibilisation préventives. Les populations de BORELE et TIEWELE ont averti les autorités locales du cercle de Nara à savoir le Maire et le préfet qui pour le moment observent un silence de cimetière. De sources concordantes le commandant d’armes de la place reste en embuscade pendant le Commandant de la Brigade de Gendarmerie serait en contact secret avec les peulhs. Le chef de peloton de la Garde Nationale serait déjà entrain de scruter les voies et moyens pour se faire la poche. Le juge aurait déjà clarifié sa position pour quel montant ?
A bon entendeur salut !
Siramakan KEITA

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here