Processus de sortie de crises au Mali : Soumi se réveille

On ne peut prétendre diriger un pays tout en étant antipathique aux problèmes qui le minent. Cela, l’Honorable Soumaïla Cissé en a eu conscience. C’est la raison d’être de l’audience accordée au Chef de file de l’opposition par le Président IBK. Main dans la main, les deux Leaders politiques s’unissent au chevet de la «Mère Patrie».

 «Aussi, même en étant rivaux dans le combat politique, nous ne devons jamais perdre de vue que, sur cette terre du Mali, la démocratie n’approchera les abords de la perfection que lorsque chacun comprendra qu’il lui appartient d’apporter constamment ses idées et son talent àl’œuvre de la Perfection Patriotique. C’est l’addition de nos talents et de nos différences qui nous permettra d’enrichir la construction de la démocratie sur cette terre sacrée. Et l’on ne peut espérer bâtir une grande nation en se tenant à l’écart, en dehors…», déclarait le Président IBK, à l’ouverture de la Conférence d’entente nationale. Ce message est un appel à la conscience de tout Malien soucieux du devenir du Mali dans ce contexte caractérisé par la crise sécuritaire, sur laquelle viennent se greffer les crises sociales, notamment les grèves illimitées dans les secteurs de la justice, la santé et l’éducation.

Alors que le contexte ne permettrait point  ces revendications, même si elles sont fondées, le devoir interpelle tout Patriote digne à apporter son grain au moulin afin qu’une solution soit trouvée. C’est pourquoi en septembre 2016, le Président de la République a créé un cadre de dialogue social permanent où toutes les forces vives de la nation devraient exprimer leurs préoccupations sur la vie du pays.

Suivant cette logique, le Chef de l’Etat a accepté et accordé, le lundi 3 avril dernier, l’audience demandée par le Chef de file de l’opposition, l’Honorable Soumaïla Cissé, qui a permis aux deux hommes d’échanger sur des questions qui portent sur la vie de la nation, notamment le processus de sortie de crise, la grève illimitée des agents de la santé.

Une opposition devenant plus républicaine

 L’exemplarité, la rigueur et la constance en toute circonstance, pourmériter la confiance de la famille malienne, pour «mériter la garde de la vieille mère, l’Etat» semble avoir des échos moralisateurs du côté de l’opposition qui,par cette audience, a su mettre  de côtés son égoïsme et les incohérences qui le caractérisent des fois, quand il s’agit de sujets cruciaux portant sur la nation.

« Aussi, j’ai demandé au Président de la République, comme me l’autorise la loi sur le Statut du Chef de file de l’Opposition politique, de bien vouloir s’impliquer personnellement pour soulager les souffrances des populations meurtries par le manque de soins depuis plus de 3 semaines. J’ose espérer que ces démarches porteront des fruits et contribueront à trouver une issue heureuse à cette crise du secteur de la santé qui n’a que trop duré », a déclaré le Chef de file l’opposition, l’Honorable Soumaïla Cissé, à l’issue de son audience avec le Chef de l’Etat.

Soumaïla s’est réveillé

Aujourd’hui, l’opposition s’est mise au diapason des appels incessants d’IBK à sauver la «Mère Patrie ». C’est ce que valentses rencontres avec les syndicats de la Santé, des affaires sociales et de la promotion des femmes, ses visites rendues aux malades dans les principaux hôpitaux de Bamako et sa demande de la suspension de la grève pour 3 mois,pour des raisons humanitaires, en tenant compte de la période des grandes chaleurs et du mois de Ramadan. C’était au cours de la Conférence d’Entente Nationale qu’il a fait cette plaidoirie.

C’est salutaire que les deux leaders politiques maliens se donnent la main pour faire face aux vicissitudes des crises qui tentent d’essouffler le Mali et pour le construire ensemble. On ne doit que les encourager et les soutenir.

Cyril ADOHOUN


Source : Maliweb

Maliweb

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here