Lutte contre le chômage, le manque de formation des jeunes et la situation des femmes dans la société : L’Association des jeunes en mouvement pour le progrès engage la bataille !

Le chômage, le manque de formation des jeunes et la situation précaire des femmes dans la société sont devenus monnaie courante au Mali. Pour endiguer ces phénomènes, des jeunes dynamiques ont porté sur les fonts baptismaux une association dénommée ‘’Association des jeunes en mouvement pour le progrès’’(AJMP)’’. Enregistrée sous le récépissé n°0040 du Gouvernorat du District de Bamako à la date du 17 janvier 2017, cette association qui est née avec des dents a lancé officiellement ses activités, le samedi 08 avril 2017 au Centre Chéché Dramé de Niamacoro.  

Placée sous le parrainage de Me Amadou Tiéoulé Diarra, la cérémonie a enregistré la présence de toutes les notabilités de NiamaKoro. Le ton de la cérémonie a été donné par les mots de bienvenue du chef de village de Niamakoro. Il a été suivi par le représentant du maire ; ensuite s’en n’est suivi  celui du porte parole des présidents d’honneur,Siaka Samaké. Ce dernier n’a pas manqué d’indiquer que l’AJPM est née pour apporter sa pierre à la construction de l’édifice nationale. Même son de cloche pour le président de l’association, Mahamadou Issa Samaké qui a indiqué que l’association qu’il dirige se fixe comme entre autres objectifs : la recherche de l’emploi ; la promotion de l’excellence dans les écoles, la promotion de la femme ; la solidarité. Pour la recherche de l’emploi, l’AJPM compte former les jeunes diplômés, leur faire bénéficier des stages de qualification afin de mieux les outiller sur le marché de l’emploi. Ecole malienne va mal. Les élèves n’ont plus de niveau. C’est un constant général, une situation que tout le monde se contente de constater sans réagir. Hors il est clair que les problèmes ne se résolvent pas tous seuls. Il faut agir mais agir ensemble ; agir avec tous les acteurs de la question. Et pour cela, a en croire le président Samaké les membres de l’AJPM veulent  être les instigateurs de cette volonté. Pour cela, « nous allons organiser des conférences dans les établissements et universités sur le thème de l’excellence et sur le choix d’établissement et de la filière de formation », a laissé entendre le président Mahamadou Issa Samaké Avant d’expliquer : « le but de ces conférences est de conscientiser les élèves et étudiants sur la nécessité de l’excellence dans le monde d’aujourd’hui et d’aider les élèves à faire de bons choix d’établissements et de filières de formation. Après cette étape de conscientisation et de sensibilisation, nous allons organiser des cours de soutien dans les écoles afin de venir en aide aux élèves qui ont la compréhension moins rapide et qui n’ont pas de moyens pour se payer des cours privés. Ces cours seront coordonnés et pris en charge par l’association elle-même ».

La promotion de la femme est un sujet d’actualité au moment où on parle de l’autonomisation économique de la femme, de l’amélioration de leur représentativité dans les postes électifs. La femme d’hier était la femme de foyer, une domestique. Mais celle d’aujourd’hui ne peut plus ou ne doit plus se contenter du foyer. Elle doit chercher à faire quelque chose qui puisse la rendre moins dépendante de son mari. Pour cela, elle doit être formée. La scolarisation des filles est un défi relevé. Il suffit d’aller dans les écoles pour s’en rendre compte. Il y a au tant de filles que de garçons sinon même plus de filles que de garçons dans des salles de classes. Cependant il y a un autre défi qui reste à relever qui est celui de leur maintien à l’école. Sur 100 filles, combien parmi elles arrivent à avoir le DEF ou le Baccalauréat ? Combien arrivent à terminer leurs études universitaires ? Et combien se donnent de la peine de chercher un emploi, de se servir de ce qu’elles ont appris ? Le constat est qu’elles sont peu nombreuses à terminer leurs études et à chercher un emploi. Cela est dû plus à une mentalité qu’à un manque de moyens, d’opportunités. Parce que la plupart ont en tête qu’elles sont femmes, qu’elles n’ont pas à chercher un emploi mais un mari, qu’elles sont appelées à être prises en charge et non pas de prendre en charge. Alors il faut chercher à changer cette mentalité. Pour y arriver, les membres de l’AJPM entendent faire des campagnes de sensibilisation pouvant favoriser le maintien des filles à l’école ; mais aussi faire former celles qui ont déjà quitté ou qui n’ont pas été à l’école dans le domaine de la couture, de la teinture, du petit commerce…

S’agissant de la solidarité, le président Samaké a promis devant une foule nombreuse venue être témoin du lancement des activités de l’AJPM que ses camarades et lui  fairont tout leur possible pour venir en aide aux personnes défavorisées ; organiser des journées de don de sang dans les hôpitaux, de salubrité, de visite de solidarité. La liste n’est pas exhaustive.

En prenant la parole, le parrain de la cérémonie Me Amadou Tieoulé Diarra a conseillé les jeunes de l’AJPM ‘’ de  mettre de l’argent à côté et de travailler pour faire avancer le Mali car l’avenir du pays se repose sur leur épaule’’. Il a terminé ses propos par cette note d’encouragement et de soutien : « les jeunes de l’AJPM, vous avez ma bénédiction et tout mon soutien total. Je vous encourage à persévérer sur ce chemin de construction du pays ».

Aliou Agmour

 


Source : Maliweb

Maliweb

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here