Gouvernement Abdoulaye I. Maïga : Une équipe de combat ?

La formation de l’équipe d’Abdoulaye Idrissa Maïga a été rendue publique, hier mardi 11 avril 2017. Le décret a été lu à la télévision nationale par le ministre secrétaire général de la Présidence, Soumeylou Boubèye Maïga. C’est une équipe de 35 membres dont 11 nouvelles têtes. Une équipe de combat ?
Certains ministres quittent le navire gouvernemental. Il s’agit de Kassoum Denon (Agriculture), Me Mountaga Tall (Economique numérique et communication), Ousmane Koné (Habitat et urbanisme), Barthémely Togo (Education nationale), Marie Madeleine Togo (Santé et hygiène publique), Mahamane Baby (Emploi et formation professionnelle), Sangaré Oumou Ba (Promotion de la femme), Sambel Bana Diallo (Aménagement du territoire).
De nouvelles têtes arrivent. Me Kassoum Tapo, conseiller spécial à Koulouba, prend la tête du nouveau ministère des droits de l’homme et de la réforme de l’Etat. Mme Ly Taher Dravé est nommée ministre de l’élevage. Présidente de Soroptimist International Club Lumière de Bamako, elle a été membre de l’Ordre des comptables agréés et experts comptables agréés du Mali. Elle fut aussi secrétaire à la communication du bureau de cet ordre issu de l’assemblée générale du 19 décembre 2009. Experte comptable, elle est la gérante de Mali Consulting Group MCG Audit dont le siège se trouve à Korofina nord.
Le secrétaire général du Rassemblement pour le Mali (RPM), Me Baber Gano, a la charge du département des transports. Le locateur du ministère de la décentralisation et de la fiscalité locale s’appelle Alhassane Ag Hamed Moussa. Actuel directeur national du contrôle financier, Alhassane Ag Hamed Moussa a été ministre de l’équipement sous Alpha Oumar Konaré.
Le Président Directeur Général du PMU Mali, Modibo Arouna Touré, succède à Me Mountaga Tall au ministère de l’Economie numérique et de la communication. Pr Samba Sow réalise son rêve en devenant ministre de la Santé et de l’hygiène publique. Maouloud Ben Kattra, enseignant et secrétaire général du syndicat national de l’éducation et de la culture (SNEC) est devenu ministre de l’emploi et de la formation professionnelle. Le Directeur général de la Société malienne de gestion du patrimoine de l’eau, Adama Tiémoko Diarra, est envoyé à l’Aménagement du territoire et de la population. Ce dernier est le Secrétaire général de la section IV du district de Bamako et membre du comité exécutif de l’ADEMA-PASJ.
La Présidente de la Coordination des associations et ONG féminines du Mali (CAFO), Mme Traoré Oumou Touré devient ministre de la promotion de la femme, de l’enfant et de la famille.
Plusieurs fois ministres, Tiéna Coulibaly, ambassadeur du Mali à Washington, signe son retour. Il devient n°2 du gouvernement avec le portefeuille de la défense et des anciens combattants. Un autre revenant, le jeune Président de l’Union pour la démocratie et le développement, Tiéma Hubert Coulibaly, limogé, il y a quelques mois, prend les commandes du très stratégique ministère de l’administration territoriale à quelques encablures de la présidentielle de 2018.
Le Général de brigade Salif Traoré de la Sécurité intérieure et protection civile, Dr Boubou Cissé de l’économie et des finances, Hamadou Konaté de la Solidarité et de l’action humanitaire, Assetou Founé Samaké Migan de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique, Tiémoko Sangaré des Mines, Mohamed El Moctar de la réconciliation nationale, Konimba Sidibé du ministère de l’investissement et du secteur privé, Mohamed Ali Ag Ibrahim du Développement industriel, Diarra Raky Talla du département du travail, de la fonction publique chargée des relations avec les institutions, Malick Alhousseini de l’énergie et de l’eau, Mme Kéïta Aida M’Bo l’environnement, assainissement et développement durable, N’Diaye Ramatoulaye Diallo de la Culture, Nina Wallet Intallou de l’artisanat et du tourisme, Housseini Amion Guindo des sports, Thierno Amadou Omar Hass Diallo des affaires religieuses et du culte et enfin Amadou Koita de la jeunesse et de la construction citoyenne conservent leurs portefeuilles.
Aussi, Abdoulaye Diop reste aux affaires étrangères et de la coopération internationale mais perd l’intégration africaine au profit de Dr Abderrahmane Sylla. Me Mamadou Ismaïla Konaté est privé des droits de l’homme qui échoit à un autre avocat non moins célèbre. Abdel Karim Konaté gagne quelques points et devient ministre du commerce, Porte-parole du gouvernement. Me Mohamed Aly Bathily se renforce avec l’habitat, l’urbanisme et les affaires foncières. Mme Traoré Seynabou Diop perd les transports et se contente de l’équipement et du désenclavement. Dr Nango Dembélé quitte l’élevage pour l’agriculture. Mohamed Ag Erlaf est envoyé dans une termitière nommée ministère de l’éducation nationale.
Sur les 35 membres, il y a huit femmes soit environ 22 %. Ce qui veut dire que le quota de 30% n’a pas été respecté contrairement à une promesse faite par le Président de la République lors de la célébration de la journée internationale du 8 mars. De 33, le nombre de département passe à 35.
D.T. Konaté

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here