Les administrateurs du Haut Conseil des Maliens de l’Extérieur réunis pour examiner la vie de la structure

Conformément aux textes, les membres du Haut Conseil des Maliens de l’extérieur (HCME) étaient réunis les 14 et 15 avril 2017 à l’hôtel Radisson Blu de Bamako. C’était à la faveur du Conseil d’Administration de ladite structure. Présidée par Dr Abdrahamane Sylla, ministre des Maliens de l’extérieur et de l’Intégration africaine, la rencontre s’est ouverte en présence de M. Habib Sylla, président du Haut Conseil des Maliens de l’extérieur et de plusieurs autres personnalités.

Cette session, essentiellement consacrée à l'examen et l'adoption des rapports sur la vie du HCME, le contrôle des taches issues de la dernière conférence, le rapport d'activités 2016 et les perspectives 2017, aura permis aux administrateurs d'avoir des échanges fructueux avec l'ensemble des partenaires institutionnels du HCME. Durant deux jours, plus de 40 délégations venues de divers horizon ont échangé et fait des recommandations qui permettront d’apporter plus d’amélioration aux actions du HCME en faveur du développement du Mali et pour une meilleure gestion de la migration.

Dans son discours d’ouverture des travaux de cette session, le ministre Sylla a, après avoir rappelé les difficultés liées à l’immigration clandestine, souligné l’apport combien important fait à l’économie du pays par les maliens de l’extérieur. Ainsi, selon les derniers chiffres de 2016, ce sont plus de 400 milliards de F CFA que nos compatriotes vivant à l’extérieur ont envoyé via le circuit classique d’envoi d’argent. En outre, il a souligné que son département reste fortement engagé à trouver les solutions idoines pour lutter contre la migration clandestine.

Quant au président du Haut Conseil des Maliens de l’extérieur, M. Habib Sylla, il a indiqué que cette rencontre permettra à l’association de repartir sur de nouvelles bases. Il a invité les autorités à investir les fonds envoyés par les maliens de l’extérieur dans des projets de développement afin que ces derniers puissent retourner au pays.

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here