Changements climatiques au Mali : Un plan d’investissement pour une économie verte et résiliente en point de mire

69

Il servira à la fois à atteindre les objectifs pour la transformation d’une économie verte et résiliente aux changements climatiques et d’outil de mobilisation des financements tant au niveau national qu’au niveau international pour sa réalisation.
Le changement transformationnel nécessaire pour bâtir une économie verte et résiliente aux changements climatiques au Mali n’est pas encore effectif. Donc, il faut réfléchir à un changement de paradigme dans la gestion des questions liées à ceux-ci.
C’est l’enjeu principal de l’organisation d’un atelier de cadrage, afin d’élaborer un plan d’investissement pour une économie verte et résilience aux changements climatiques. C’était le jeudi 13 avril dernier à l’hôtel Massaley. Organisé par l’Ong Sahel Eco, sous la houlette de l’Agence de l’environnement et développement durable (AEDD), la rencontre a permis de réunir autour de cette problématique, les principaux acteurs intervenant dans les domaines des changements climatiques au Mali.
Pour M. Biramou Cissoko, conseiller technique au ministère de l’Environnement, de l’Assainissement et de Développement durable, notre pays s’est engagé depuis une vingtaine d’années dans la lutte contre les changements climatiques. C’est ce qui a permis d’élaborer des documents de politique et stratégies assortis de plans d’actions à savoir : la Politique nationale de la protection de l’environnement (PNPE), la Politique et la stratégie nationale des changements climatiques, les Plans d’actions nationaux d’adaptation (PANA), un Cadre stratégique pour une économie verte et résiliente aux changements climatiques.
Aussi, depuis 2010, le pays s’est doté d’une gouvernance « climatique » spécifique, entre autres : une Agence pour l’environnement et le développement durable et un Comité national sur les changements climatiques (CNCC) ; une Politique et une Stratégie dotées d’un Plan d’actions national de climat ; un Mécanisme financier appelé Fonds climat Mali etc. Celui-ci, capitalisé aujourd’hui à hauteur de 10,2 milliards de dollars, s’annonce comme une véritable aubaine.
Il faut noter que le Mali a été l’un des premiers pays à bénéficier du financement du Fonds vert climat à travers le Projet d’investissement multisectoriel pour l’adaptation et la gestion des risques climatiques. Il a été estimé au montant de 22, 8 millions de de dollars. De même, d’autres projets sont en cours, tels que : la gestion des eaux pluviales et la lutte contre l’inondation de la ville de Bamako pour 27 millions de dollars ; la connaissance climatique à l’action pour la résilience dans le sahel à 45 millions de dollars ; l’amélioration des équipements pastoraux pour une meilleure résilience aux changements climatiques pour 50 millions de dollars et l’électrification verte pour les communautés rurales au Mali pour 80 millions de dollars.
Signalons que le Mali est l’un des pays les plus affectés par les effets néfastes des changements climatiques. Ceux-ci touchent et menacent déjà des secteurs clefs pour le développement du pays, à savoir : l’eau, l’agriculture, l’élevage, la pêche, les forêts et la santé. Ensuite, ils aggravent la dégradation de l’environnement et remettent en cause les efforts du gouvernement pour la réduction de la pauvreté.
Diakalia M Dembélé

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here