Gouvernance : Le Mali incarne, à lui seul, le mal qui ronge la sous-région

61

Plébiscité à 77% de voix, le président de la République Ibrahim Boubacar Kéita a été une déception totale.

Le constat est aberrant. L’Etat malien est aujourd’hui sous l’emprise et le feu d’une crise socio sécuritaire multiforme qui tire ses origines d’une politique de mal gouvernance dans sa forme actuelle. Nous sommes sous la solde d’un régime qui ne sait plus distinguer le vrai du faux car il a longtemps assimilé les deux à sa guise. Ce qui fait comprendre que le régime de Mandé Massa se fixe d’autres missions que celle de protéger ses citoyens ; surtout ses ressortissants à l’étranger particulièrement en Europe.

Des polémiques ! Oui de sérieux débats ont été animés autour de la question. Que nenni ! Les ministres en charge des Départements des Maliens de l’Extérieur, Abdrahamane Sylla (reconduit à son poste dans le nouveau gouvernement) des Affaires étrangères, Abdoulaye Diop (lui aussi reconduit) ont pris tous les dieux à témoin pour affirmer mordicus, qu’aucun document n’a été signé par rapport à une quelconque réadmission des Maliens de la diaspora.

Un premier lot de projets initiés lors du Sommet de la Valette vient d’être financé par les fonds fiduciaires de l’Union Européenne. Il s’agit de lutter contre les causes profondes de la migration irrégulière et du phénomène des personnes déplacées en Afrique mis en place lors du Sommet en Novembre 2015. Ce projet d’une valeur de 29 000 000 millions d’euros, soit plus de 19 milliards de FCFA pour lutter contre l’immigration clandestine est la preuve contraire aux affirmations des membres du gouvernement qui n’ont pas eu de peine à mentir au peuple sans le convaincre. Ils n’ont aucune pitié pour ce pays, le Mali, incarne à lui seul le mal qui ronge la sous-région.

Un pouvoir politique qui a fait de l’incurie, sa marque de fabrique. Une clique de kleptocrates qui ont mis en coupe réglée le pays et les logiques mafieuses qui sont désormais les seules qui prévalent dans tous les secteurs d’activité au Mali. On pourrait qualifier le Mali d’un « semblant d’Etat ». Le pouvoir malien a cultivé l’art de sauver les apparences.

Aujourd’hui, la légitimité politique a disparu car le pouvoir politique a tout simplement renoncé à incarner l’intérêt national. Les « logiques patrimoniales », pour reprendre l’expression de Jean-François Bayart, ont pris le dessus sur toute autre considération ; la kleptocratie est érigée en mode de gouvernance.

Le plus frappant, c’est le fossé qui existe entre la cécité du pouvoir politique malien concernant la réalité des Maliens et la perception qu’ont les opinions publiques de leurs propres dirigeants. Ces opinions publiques, écœurées, en particulier la diaspora malienne, constatent que la France en particulier et la communauté internationale en général, sont complices de ces pouvoirs insouciants. D’ailleurs, plus ces élites politiques faillissent, et plus la générosité internationale déverse des milliards d’euros.

Aboubacrine

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here