Affaire Ras Bath/ Ministère public : Ras Bath et Diougous poursuivis par la chambre correctionnelle

La restriction judiciaire qui frappait Mohamed Youssouf Bathily dit Ras Bath est levée et par conséquent, il peut parler dans les medias, selon ses avocats en conférence de presse le lundi 1er mai 2017 à la maison de la presse. Mais par contre, ils ont fait savoir que Ras Bath et Bandiougou dit Diougous sont poursuivis par la chambre correctionnelle du tribunal de la commune IV  de Bamako. Les conférenciers étaient Me Malick Ibrahim, Me Zana Koné et Me Abdourhamane Touré en présence de Ras Bah lui-même et ses fans. Selon Me Zana Koné, Ras Bath commence son émission « Time Reggae » sur TM2 le mercredi 3 mai 2017 à partir de 22h.

Le lundi 1er mai 2017, les avocats de Ras Bah étaient face à la presse pour expliquer les changements intervenus dans l’affaire opposant Ras Bath au ministère public ces derniers temps. Selon eux, la restriction judiciaire qui frappait leur client est levée et par conséquent, il peut parler dans les medias. Mais par contre, ils ont fait savoir que Ras Bath et Bandiougou dit Diougous sont poursuivis par la chambre correctionnelle du tribunal de la commune IV  de Bamako pour les « faits d’incitations à la désobéissance des troupes ». «Notre client avait fait l’objet de contrôle judiciaire pour des infractions d’outrages publics à la pudeur et d’outrage envers les dépositaires de l’autorité et de la forces publiques, ensuite des incitations à la désobéissance de troupes. Toutes ces infractions ont été caractérisées et les inculpations posées contre Mohamed Youssouf Bathily dit Ras Bath par le juge d’instruction du 4ème cabinet du tribunal de grande instance de la commune IV du district de Bamako », c’est en ces termes que l’avocat de Ras Bath, Me Malick Ibrahim a commencé son allocution.

Un autre chef d’accusation

«Le juge d’instruction nous a appelés le 18 avril 2017 pour nous notifier une ordonnance de transmission à la chambre correctionnelle du dossier de Mohamed Youssouf Bathily dit Ras Bath et de Monsieur Bandiougou dit Diougous au juge correctionnel pour que celui-ci puisse connaitre des faits de délit de presse portant notamment sur une incitation à la désobéissance des troupes. Le 18 avril, le juge d’instruction nous a notifié que l’infraction est peut être constituée à son avis d’où la nécessité de transmettre le dossier à la chambre correctionnelle du tribunal de la commune IV afin que cette juridiction statue sur la culpabilité ou non de Mohamed Youssouf Bathily dit Ras Bath et de Bandiougou pour les faits d’incitations à la désobéissance des troupes. Nous ne sommes pas inquiets », a précisé Me Malick Ibrahim.

Selon l’avocat, le juge d’instruction du 4ème cabinet du tribunal de grande instance de la commune IV du district de Bamako, après avoir investigué, instruit à charge et à décharge, entendu tout le monde, requis la position du parquet qui est l’agent de poursuite, a rendu une décision N° 057 du 24 avril 2017. « La décision dit que Monsieur Mohamed Youssouf Bathily dit Ras Bath ne serait être retenu comme convaincu d’outrage public à la pudeur ou d’outrage envers les dépositaires de l’autorité et de la force publique autrement dit, le juge d’instruction a rendu une décision que nous appelons dans notre jargon une ordonnance de non lieu à poursuivre. Il a dit que Mohamed Youssouf Bathily dit Ras Bath est hors de cause », a souligné Me Malick Ibrahim. Selon lui, ceux qui ont poursuivi Ras Bath ont utilisé l’argent du contribuable pour rien, ils ont fait acte de zèle pour rien, ils ont mis la République en branle pour rien. « Aujourd’hui, Mohamed Youssouf Bathily dit Ras Bath a le droit de parler, de donner son opinion sur la vie de la nation, sur la conduite des affaires publiques à travers les masses medias, que ce soit les réseaux sociaux, que ce soit les radios…l’interdiction qui lui était imposée est levée définitivement parce qu’il n’a rien fait »,  a martelé Me Malick Ibrahim.

A l’en croire, les raisons pour lesquelles Ras Bath s’est vu museler ont été considérées comme étant inexistantes, injustifiées, infondées par le juge d’instruction. « On est serein, je n’ai pas de doute que devant la chambre correctionnelle que nous obtiendrons purement et simplement une relaxe », a indiqué l’avocat de Ras Bath. En réponse aux questions des journalistes, les avocats ont fait savoir que Ras Bath peut parler dans les médias maintenant. Pour preuve, dit Me Zana Koné, le mercredi 3 mai 2017, il commence son émission « Time Reggae » sur TM2. Aux dire de Me Malick Ibrahim, bien que poursuivi pour incitation à la désobéissance des Troupes, Ras Bath ne fait pas l’objet de restriction dans cette procédure. Par ailleurs, il s’est dit fier de la justice malienne mais pas certains de ses cadres. Enfin, il a souhaité la dépénalisation des délits de presse au Mali.

Aguibou Sogodogo


Source : Maliweb

Maliweb

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here