Révision constitutionnelle : la MINUSMA soutient les jeunes à s’approprier le projet de loi

La Division des Affaires Politiques de la MINUSMA, dans son rôle d’appui aux autorités et aux populations maliennes, a facilité la tenue d’un atelier de réflexion sur le Projet de Révision Constitutionnelle, les 24 et 25 avril 2017 à Bamako. Organisées en collaboration avec le Conseil National des Jeunes (CNJ), ces sessions ont réuni près plusieurs dizaines de jeunes leaders.

L’objectif de cet atelier vise à vulgariser les dispositions du projet de révision constitutionnelle, en particulier auprès de la jeunesse malienne qui doit se l’approprier. « La Division des Affaires Politiques de la MINUSMA est donc dans la droite ligne de l’exécution des missions qui lui sont assignées à travers l’organisation de cet atelier qui vise à faciliter la réflexion sur l’adéquation du texte fondamental avec les préoccupations et les aspirations des composantes socio-professionnelles de la nation malienne, notamment des jeunes », a affirmé M. Sidiki Diarra de la MINUSMA.
Le projet de loi portant révision de la Constitution du 25 février 1992 a été adopté le 10 mars 2017 en Conseil des ministres et a pour objectif de prendre en compte l’évolution des réalités sociopolitiques du pays. Cette révision intervient donc pour harmoniser la Constitution avec les clauses de l’Accord pour la Paix et la Réconciliation nationale au Mali, issu du processus d’Alger signé en mai 2015, et parachevé en juin de la même année entre le Gouvernement et les mouvements signataires.
Dans cette optique, la Division des Affaires Politiques de la MINUSMA s’est investie pour permettre à la jeunesse malienne de se faire échos des mutations en vue de faire entendre sa voix et de s’assurer que ses préoccupations seront prises en charge dans la nouvelle constitution. « Il est important de passer en revue toutes les dispositions du projet de loi de révision constitutionnelle et de formuler des recommandations pertinentes pour préparer nos échanges lors de notre audition dans les jours prochains par la Commission de révision de l’Assemblée Nationale. La jeunesse, couche majoritaire du pays, doit s’assurer de la prise en compte de ses préoccupations », a déclaré Mme Diawara Fatoumata Diouara du Comité exécutif du Conseil National des Jeunes.
Durant les deux jours de travaux, les jeunes leaders du CJN ont eu l’opportunité de débattre en profondeur des problématiques posées par la révision constitutionnelle. Ils ont aussi dégagé des recommandations concrètes à la fin de la session, sous la houlette du Dr Abdramane Touré, Professeur à la Faculté des sciences juridiques et politiques de Bamako.
La Constitution, ce document juridique, politique et social, doit refléter le fonctionnement de la nation qu’elle se propose d’organiser. Il est alors important que chaque malien puisse en comprendre les grandes idées du texte fondamental qui régit ses rapports avec ses concitoyens et avec l’Etat. Dans cette démarche, la Mission onusienne apporte son soutien, conformément à son mandat défini dans la Résolution 2295 (2016) du Conseil de sécurité de l’Organisation des Nations Unies, pour appuyer la mise en œuvre des réformes politiques et institutionnelles prévue par l’Accord, en particulier dans son titre II. Cette tache comprend surtout l’appui au processus politique, au dialogue national et intercommunautaire, à la protection des civils, à la promotion des droits de l’homme et de l’Etat de droit, tout en incluant une approche genre, dans le plaidoyer pour la pleine participation des femmes et des jeunes dans le processus politique.
Source : MINUSMA

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here