Mali/attaque contre l’ONU à Tombouctou: un mort non identifié,9 Casques bleus blessés

81

Bamako, 3 mai 2017 (AFP) - Une personne non identifiée a été tuée et neuf
Casques bleus ont été blessés mercredi à Tombouctou, dans le nord du Mali,
dans l’attaque au mortier d’un camp de la Mission des Nations unies dans le
pays (Minusma), a annoncé l’ONU.
Cette "attaque aux mortiers ou roquettes" a visé peu après 13H00 (locales
et GMT) le camp de la Minusma à Tombouctou, dit "Super Camp", explique la
mission onusienne dans un communiqué diffusé mercredi après-midi.
"Selon les rapports préliminaires, six obus y ont atterri. Le bilan
provisoire est de neuf blessés parmi les Casques bleus", dont "quatre
grièvement", qui étaient en cours d’évacuation sur Bamako, la capitale.
"L’attaque a fait un mort dont l’identification est en cours", affirme l’ONU.
"Des dégâts matériels ont également été causés, dont l’ampleur sera établie
ultérieurement. Aucun personnel civil n’a été affecté", précise la Minusma.
Elle ne fournit aucune indication sur les nationalités des Casques bleus
blessés. Ces derniers comprennent des Libériens et un Suédois, selon les
armées libérienne et suédoise ayant évoqué l’attaque à Monrovia et à Stockholm.
"Notre base à Tombouctou, au Mali, a été frappée par des roquettes. Il y a
eu plusieurs blessés et d’autres dégâts. Nous enquêtons sur le sujet", a
déclaré un porte-parole de l’armée libérienne, Prince C. Johnson, à l’AFP à
Monrovia, sans plus de détails.
A Stockholm, l’armée suédoise a diffusé un bref communiqué indiquant qu’un
soldat suédois a été légèrement blessé dans une attaque contre un camp
abritant son contingent dans le sud de Tombouctou.
Le blessé était pris en charge par l’unité médicale suédoise, et lors de
l’attaque, "plusieurs explosions puissantes" se sont produites, a-t-elle
affirmé, précisant ne pas disposer de plus de détails.
Selon le communiqué de la Minusma, la force de l’ONU "a renforcé la
protection du camp et a déployé des moyens aériens de reconnaissance pour
identifier la zone où les tirs ont été lancés".
La Minusma "condamne dans les termes les plus vigoureux cette attaque lâche
et ignoble contre son camp et son personnel. Elle appelle au déploiement de
tous les efforts pour identifier les responsables de cette attaque terroriste
et les traduire en justice".
Déployée depuis juillet 2013, la Minusma est la mission de maintien de la
paix de l’ONU la plus coûteuse en vies humaines depuis la Somalie en
1993-1995, avec plus de 70 Casques bleus tués en opération.
L’attaque contre son camp à Tombouctou survient au lendemain d’un assaut
contre l’armée malienne dans la région de Ségou, dans le centre du pays, ayant
fait neuf morts et cinq blessés parmi les soldats maliens selon un bilan du
gouvernement.
Les militaires maliens étaient "une mission de ravitaillement" qui est
"tombée dans une embuscade entre Dogofri et Nampala" mardi.
Le gouvernement malien a dénoncé un "acte lâche et barbare" et réaffirmé sa
détermination à lutter "contre le terrorisme".
Le nord du Mali était tombé en mars-avril 2012 sous la coupe de groupes
jihadistes liés à Al-Qaïda. Ces groupes en ont été en grande partie chassés à
la suite du lancement en 2013, à l’initiative de la France, d’une intervention
militaire internationale, qui se poursuit actuellement avec notamment la force
française Barkhane et la Minusma.
Mais des zones entières échappent au contrôle des forces maliennes et
étrangères, régulièrement visées par des attaques meurtrières.
bur-zd-po-cs/ms

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here