Grève de la Santé, du Développement Social et de la Promotion de la Femme : Des militants furieux

63

Sans nul doute, le nouveau gouvernement de Abdoulaye I. Maïga a arraché un premier point positif en réussissant à mettre fin à la longue grève du Syndicat de la Santé, du Développement social et de la Promotion de la femme.

Mieux vaut tard que jamais, peut-on dire, en tout cas la fin de ce débrayage a redonné de l’espoir à de millions de Maliens pauvres dont beaucoup ne comprenaient pas qu’un gouvernement puisse être aussi insensible au malheur de ceux-là mêmes qui l’ont porté au pouvoir. C’est l’occasion de saluer les syndicats nationaux, notamment l’UNTM et la CSTM qui ont pris leurs responsabilités et dont l’implication déterminante a sûrement mis un coup d’arrêt à ce que d’aucuns qualifiaient d’’’indifférence’’ du gouvernement. Une indifférence qui a honteusement coûté sa place au ministre de la Santé dont on sait qu’elle n’a aucun pouvoir de décision en pareil cas. Dans tous les cas, satisfaction du côté du peuple, petite victoire du Premier ministre, mais satisfaction mitigée du côté des militants du syndicat de la Santé.

En effet, certains parmi eux n’hésitent pas à soupçonner leurs représentants de ‘’trahison’’ : « On se demande s’ils n’ont pas pris de l’argent », dit-on. Pour eux, le sacrifice  a été quasiment vain au regard du résultat plutôt insignifiant à leurs yeux. Il est vrai que le résultat obtenu est plutôt maigre au regard de la durée de la grève, mais la situation était devenue si invivable que chaque partie avait intérêt à la solutionner au plus vite, fût-il à minima. Le gouvernement devrait en tirer la meilleure des leçons qui est que ce n’est pas responsable de prendre des engagements qui sont aussitôt jetés dans la poubelle et qu’il ne faut jamais interrompre les négociations avec ses partenaires.

Sorry Haïdara


Source : Maliweb

Maliweb

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here