Infrastructure routière : IBK met fin au cauchemar des populations de Banconi-Dialakorodji-Safo-Dabani-Nossombougou

Depuis plusieurs années déjà, c’était l’un des plus grands vœux des populations des localités concernées. Un vœu qu’elles ont toujours exprimé aux autorités chaque fois qu’elles en ont eu l’occasion. Et c’est en 2017 qu’elles ont eux une oreille attentive à leur requête avec le président Ibrahim Boubacar Keita qui a décidé de réaliser leur rêve dans le cadre de son programme routier.

Le président de la République Ibrahim Boubacar Keïta a procédé le mercredi 3 Mai dernier au lancement des travaux de construction et de bitumage de la route Banconi-Dialakorodji-Safo-Dabani-Nossombougou. C’était en présence de nombreux chefs d’Institutions, des autorités administratives locales et coutumières.

Il s’agit d’une route longue de 56 km dont la réalisation coutera 27 milliards FCFA au budget national pour un délai d’exécution de 15 mois. L’objectif est de soulager les souffrances des populations de ces localités en matière de déplacement et de contribuer au développement économique dans le pays à travers les échanges commerciaux.

Un vieux rêve qui devient réalité sous IBK

Le chef de village de Dialokorodji Dramane Coulibaly a, au nom de la population, remercié le président de la République pour le lancement des travaux de cette route. En signe de reconnaissance et pour témoigner de sa satisfaction, il lui a offert un bélier blanc et deux calebasses dont l’une contenant des haricots et l’autre de l’arachide.

Le maire de Dialakorodji Oumar Guindo a sa suite a affirmé que ce projet structurant dont le chef de l’Etat porte la marque avec son gouvernement constitue la soupape de sureté pour la relance et la consolidation du développement de ces cinq (5) communes. Selon lui, ce projet porteur est aussi le témoignage de l’intérêt qu’IBK porte à la décentralisation et à son corollaire de transfert de compétences et de ressources. Pour lui, il est important que les entretiens routiers puissent être faits par un partenariat gagnant-gagnant entre l’Etat, les collectivités territoriales et les privés.

« Cette route permettra le désenclavement mais surtout donnera la possibilité d’alléger le coût du transport, de faciliter la forte mobilité démographique, l’écoulement rapide des productions agricoles et maraichères vers les marchés du centre de la capitale. Mais aussi, la réduction du nombre d’accidents et la destruction du matériel roulant, la facilité du transport des marchandises du port de Dakar et de Nouakchott vers le port sec de Korofina. La population souhaiterait que les travaux de ce vaste chantier respectent les calendriers d’exécution», a laissé entendre le Maire Oumar Guindo.

Mariam Kassogué, coordinatrice des projets prioritaires au niveau de la Direction Nationale des Routes dira que ce projet routier s’inscrit dans la politique et stratégie du développement du pays dans le cadre de la relance économique et du développement durable. Et sera mis en œuvre dans le cadre du plan d’actions 2015-2019 de la politique nationale des transports, des infrastructures et du désenclavement adoptée en Octobre 2015 par le gouvernement. Selon elle, il permettra de relier Koulikoro à Kolokani en passant par Banconi-Djalakorodji-Safo-Dabani-Nossombougou.

Cette route dit-elle aura deux standards d’aménagement à savoir une section urbaine et l’autre en rase campagne. « La section urbaine ira de Banconi à Safo et l’autre section de Safo jusqu’à Nossombougou », a-t-elle précisé. Avant de parler des caractéristiques minimales retenues pour la section urbaine et pour la section rase campagne.

De nouvelles perspectives de développement pour les localités concernées

Pour sa part, Mme Traoré Seynabou Diop, ministre de l’Equipement et du Désenclavement dira que ce jour restera l’un des plus beaux souvenirs pour les habitants du District de Bamako, de Kati et de Kolokani en général et pour les laborieuses populations de Banconi, Dialakorodji, Safo, Yélékébougou et Nossombougou. Car, au-delà d’une route, cette infrastructure va donner de nouvelles perspectives de développement pour ces localités.

Selon elle, pour un pays sans façade maritime comme le Mali, il est nécessaire de rappeler l’importance de la route et des dividendes de celle-ci sur le bien-être des citoyens, tant en termes de mobilité que d’acheminement des produits agricoles et de facilitation des échanges commerciaux.

«Nous devons tirer deux principaux enseignements de la présente cérémonie. Le premier est le symbole marquant d’un Mali qui bouge, se construit et se forge une vision à long terme de son développement, sous la conduite éclairée d’Ibrahim Boubacar Keïta. Et le deuxième enseignement est la constance du Gouvernement dans ses actions et sa volonté à mettre en œuvre des projets et programmes structurants, toujours orientés vers la productivité en dépit des multiples défis qui l’assaillent », a-t-elle indiqué. Conformément aux instructions qu’elle a reçues dit-elle, ils sont en train de mettre en place les conditions favorables à l’écoulement en temps réel des produits agricoles et maraichers et des fruits. Tout en optimisant les chances d’accès des concitoyens aux structures socio-sanitaires de base à travers une forte amélioration du taux de fréquentation des centres de santé et des écoles. Ainsi, ils offrent, sous les directives du président de la République, de nouvelles opportunités de développement aux populations de ces différentes localités par l’augmentation du taux de mobilité avec la décongestion du trafic à l’intérieur des villes de Kati et de Bamako ainsi que l’amélioration de la sécurité et de la qualité de vie des citoyens par la mise en place d’ouvrages modernes, la création d’environ 1000 emplois directs et indirects, la plantation de 4000 arbres, la création de 10 hectares de bosquets villageois et la création de 11 points d’eau équipés de pompe à motricité humaine.

Des travaux qui seront exécutés dans le délai contractuel

«Aujourd’hui, le rêve est devenu réalité après plusieurs années d’attente. Oui, nous pouvons, sans risque de nous tromper, dire haut et fort que le jour de l’espoir est arrivé. Que la patience a payé !», s’est-elle réjouie. Avant de souligner que ces travaux vont couter 27.729.986.552 FCFA entièrement financés par le budget national. Et seront réalisés par l’entreprise COGEB International dans un délai d’exécution de 15 mois hors saison des pluies.

Le respect du délai contractuel, de la qualité des travaux et de l’enveloppe financière étant les facteurs clés de la réalisation de tout projet routier, Mme Traoré Seynabou Diop a donné l’assurance que toutes les instructions ont été données à la Direction Nationale des Routes, au bureau de contrôle ainsi qu’à l’entreprise dans ce sens.

Le président de la République Ibrahim Boubacar Keita après le lancement officiel des travaux s’est adressé aux journalistes. Selon lui, les visages qu’il a vus en venant dans cette localité l’ont beaucoup marqué. Et cela prouve que l’attente des populations était réelle. Pour lui, le lancement de cette route est un bonheur, car la route c’est le développement et l’espoir de toute possibilité…

A en croire le président IBK, avec cette route, l’accès deviendra plus facile aux équipements socio-sanitaires et aux écoles. Sans oublier que les populations n’auront plus à respirer de la poussière à longueur de journée puisque cela est vecteur de toutes sortes de pathologies. Il a insisté sur le respect du délai contractuel et la qualité des travaux.

Moussa Sékou Diaby

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here