Baby, KONE et Oumou Bah en mission pour IBK: Ce qu’ils doivent faire

L’expulsion de Mahamane Baby, d’Ousmane Koné et de Mme Sangaré Oumou Ba du dernier Gouvernement n’est pas un fait du hasard. Moins qu’une éviction d’ailleurs, c’est une véritable mission à trois qui attend ces cadres du Rassemblement Pour le Mali. Car selon nos investigations, c’est à ce trio de politicards qu’il est confié la délicate mission d’aller à la reconquête d’une réélection propre d’IBK en 2018, dès le premier tour.

Les élections présidentielles de 2018 approchent à grands pas. Déjà, les Etats-majors des partis politiques affûtent leurs armes et stratégies pour mettre au chaos leurs adversaires. Mais celles du RPM ne cessent de susciter une attention particulière, vu le glamour qui s’en fait.

En effet, en moins de deux ans de ces élections, le RPM déploie sa machine à « Takokélé » de 2018. Ce, non seulement par ses précampagnes dont le dernier en date est la rentrée politique du parti présidentiel à Dioïla dans la deuxième région, mais surtout par la mission confiée aux trois figures emblématiques du parti, les anciens ministres Mahamane Baby, Ousmane Koné et Mme Sangaré Oumou Ba, que certains croient être en disgrâce.

Or, il nous est revenu qu’ils sont investis d’une autre mission à trois, et pas la moindre : la réélection d’IBK en 2018, dès le premier tour.

Dans cette mission, trois axes sont inéluctables pour cette réélection : la mobilisation des fonds de campagne, le lavage de l’affront de Sikasso où le parti a obtenu un échec cuisant lors des dernières communales de novembre 2016, et le rassemblement et l’unité des femmes. Quel est en réalité le rôle échu à chacun de ces trois missionnaires du RPM ?

Selon nos sources, l’ancien ministre de l’Emploi et de la Formation professionnelle, Mahamane Baby, est investi de la mission de mobilisation des fonds de campagne. Et pour y arriver, la stratégie est simple : Bientôt, il sera parachuté Président Directeur Général du PMU-Mali, une des sociétés vaches-laitières maliennes qui fait renflouer chaque jour la caisse de l’Etat. C’est de là nait le motif de la nomination de Harouna Modibo Touré comme ministre de la communication, même s’il y croisera le fer dans les jours à venir.

En ce qui concerne l’ex-ministre de l’Habitat et de l’Urbanisme, Ousmane Koné, censé prendre le poste de Directeur de campagne en lieu et place de l’actuel premier ministre, il lui revient aussi la lourde tache de mobiliser l’électorat de Sikasso, qui a assené un véritable camouflet au RPM lors des élections communales du 20 novembre 2016. Cette région rassemble, à elle seule, la majeure partie de l’électorat malien et constitue la base pour l’élection de tout candidat qui aspire à la gestion du pays. C’est pourquoi, très tôt, le RPM sort de sa léthargie et tente de d’occuper le terrain.

En plus de cela, c’est Ousmane Koné lui-même qui a promis de tout faire pour laver cet affront qui continue de brûler en les partisans du RPM. Même si la mairie est aux mains de Kalifa Sanogo de l’ADEMA-PASJ, leur allié pas très sûr.

Quant à Mme Sangaré Oumou Ba, il lui incombe de mobiliser les femmes maliennes aux autour du parti présidentiel et au projet de société « Le Mali d’Abord pahe II » d’IBK.

Pour ce faire, elle sera élue au poste de la présidence des femmes. Surtout que les femmes représentent au moins 51% de la population malienne et que leur vote demeure non négligeable dans la réélection d’IBK.

La nomination de Mme Traoré Oumou Touré de la CAFO au poste de Mme Ba s’inscrit en droite ligne de ce projet de mobilisation des femmes.

BABY KONE OUMOU BAH MISSION IBK doivent faire

DCA

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here