Réforme du secteur de la sécurité : La société civile imprégnée

La formation sur la réforme du secteur de la sécurité (RSS) au profit de 21 stagiaires, dont 7 femmes s’est achevée, samedi dernier, par une cérémonie de clôture dans l’amphithéâtre de l’Ecole de maintien de la paix Alioune Blondin Bèye (EMPBB).Ce stage d’une semaine avait pour but d’apporter aux stagiaires venus de la société civile les connaissances nécessaires sur la réforme du secteur de la sécurité (RSS) afin de renforcer leurs capacités dans la mise en œuvre et le suivi du processus national de RSS-DDR, selon Mme Sidibé Hadja Ténindié Samaké, directrice de stage.
Ce stage se justifie également à travers la Résolution 2250 du Conseil de sécurité des Nations unies qui stipule que « les jeunes jouent un rôle important dans la prévention des conflits et singulièrement, pour ce qui est de la stabilisation, de la capacité d’intégration et de la réussite des activités de maintien et de la consolidation de la paix ».
Au cours de cette formation, les participants ont étudié les caractéristiques de la RSS, sa cartographie, l’évaluation préalable de la RSS, sa programmation, le rôle des acteurs internationaux et non étatiques en mettant un focus sur le rôle des organisations de jeunes de la société civile. Ils ont aussi touché à l’analyse du paysage sécuritaire au Mali, au lien entre la RSS et la justice transitionnelle, la protection des enfants, le VIH/Sida, la protection des femmes, au lien entre le genre et le DDR, au rôle de la Minusma dans le processus de DDR/RSS, et enfin le lien entre le genre et le DDR. Il y a eu une présentation sur le rôle des jeunes dans le contrôle citoyen en lien avec la RSS. La cérémonie, au cours de laquelle chaque stagiaire a reçu son attestation et des documents en lien avec la formation, s’est déroulée en présence de Francis Somda, représentant de la Minusma ainsi que des responsables de l’EMPBB. L’Ecole de maintien de la paix Alioune Blondin Bèye (EMPABB) a pour objectif de promouvoir la paix sur l’ensemble du continent en renforçant les capacités africaines de soutien aux opérations de paix et en diffusant la culture de paix. Pour cela, l’établissement bénéficie de partenariats et de soutiens internationaux qui ont permis la mise en place d’une infrastructure et d’équipements modernes uniques au Mali. Ces partenariats trouvent aussi à s’exprimer avec des organisations non gouvernementales ou internationales œuvrant au Mali ou en Afrique de l’ouest. Placée sous l’autorité d’un Directeur général, le général Moussa Sinko Coulibaly, EMPABB est une institution internationale de droit malien. Son conseil d’administration regroupe les représentants des nations-membres qui contribuent financièrement et techniquement à son fonctionnement. Elle bénéficie aussi de l’expertise d’autres centres de formation grâce à une dynamique d’échanges avec le reste de la planète.
Depuis sa création en 1999, l’école a formé plus de 8000 personnes. Ainsi, chaque année, environ un millier de stagiaires civils, policiers et militaires suivent une formation à Bamako ou à l’extérieur, grâce à des équipes mobiles d’instructeurs. Elle est devenue un Centre d’excellence de l’Union africaine et de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO). Tournée vers l’avenir, l’École de maintien de la paix Alioune Blondin Bèye développe en permanence de nouveaux modules intégrés aux formations qu’elle délivre, pour répondre aux besoins évolutifs des Opérations de soutien à la paix déployées sur le continent africain.

Adama DIARRA

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here