Assemblée nationale : A un rythme de Stakhnoviste

Les textes votés portent sur l’agriculture, l’électricité, l’eau et la statistique.

L’Assemblée nationale a voté, jeudi dernier, une série de textes d’une importance capitale. C’est avec 95 voix pour, 0 contre et 0 abstention que les députés ont adopté le projet de loi portant ratification de l’Ordonnance n°2017-007/P-RM du 21 février 2017 autorisant la ratification de l’accord de prêt, signé à Bamako le 20 décembre 2016, entre le gouvernement et l’Association internationale de développement (IDA), pour le financement du projet d’appui à la compétitivité agro-industrielle au Mali (PACAM). C’est avec le même nombre de voix que les élus de la nation ont donné leur onction au projet de loi portant ratification de l’Ordonnance n° 2016-022/P-RM du 05 septembre 2016 autorisant la ratification de l’accord de prêt, signé à Bamako le 13 juillet 2016, entre le gouvernement et la Banque ouest africaine de développement (BOAD), pour le financement partiel du projet d’aménagement hydro–agricole du casier de Molodo nord : dernière tranche de la deuxième phase à l’Office du Niger. Les deux projets de loi ont été défendus par le ministre de l’Agriculture, Dr Nango Dembelé. S’agissant du premier texte, il est à noter que c’est une Ordonnance qui a été initiée par le ministre des Affaires étrangères, de la Coopération internationale et de l’Intégration africaine. Elle a été adoptée par le Conseil des ministres, en sa séance du 08 février 2017. Fournissant des éléments pour la justification du PACAM, le rapporteur de la Commission développement rural et environnement de l’Assemblée nationale, Drissa Nomoko, a expliqué que dans le cadre de la stratégie de développement de l’agriculture, le gouvernement a fait une requête à la Banque mondiale pour une enveloppe de 30 millions de dollars américains (17, 6 milliards F cfa environ) en vue du financement d’un projet pour la promotion de l’agriculture commerciale dans les bassins de production disposant d’un potentiel réel (Sikasso, péri-urbain Bamako). Il a précisé que les filières ciblées sont la mangue et l’alimentation animale. Le but étant de faciliter la production, la transformation, le transport et l’accès aux marchés de ces produits. Le second texte est aussi une Ordonnance initiée par le ministre des Affaires étrangères, de la Coopération internationale et de l’Intégration africaine. Elle a été adoptée par le Conseil des ministres, en sa séance du 19 août 2016. Par le présent accord, a précisé le rapporteur de la Commission développement rural et environnement de l’hémicycle, la BOAD consent au Mali un prêt d’un montant de 7, 5 milliards de F cfa. Selon Drissa Nomoko, l’objectif global du Projet d’aménagement hydro-agricole du casier de Molodo Nord est de contribuer à l’accroissement de la production agricole nationale, tout en améliorant les conditions et le niveau de vie des populations de sa zone d’intervention. Le projet porte sur l’aménagement et la réhabilitation de 4300 ha de périmètre irrigué. Les préoccupations des députés ont porté, notamment sur le passage des animaux dans les aménagements, sur le rôle du sous secteur élevage dans le deuxième projet et surtout sur la sécurisation des entreprises et des travailleurs opérant sur le chantier. Les membres de la Commission saisie au fond et le ministre de l’Agriculture ont apporté des réponses satisfaisantes. « L’Office du Niger a déjà élaboré un plan de sécurisation qui a été soumis au gouvernement. Il s’agit maintenant de dégager les moyens, même s’il n’y a pas de risque zéro en matière de sécurité», a expliqué le ministre de l’Agriculture. Il a assuré que des dispositions seront prises afin de dégager des passages pour les animaux dans les aménagements, estimant que les secteurs agriculture et élevage vont ensemble de manière naturelle. Après, les députés ont approuvé à 87 voix pour, 0 contre et 0 abstention le projet de loi autorisant la ratification de l’Ordonnance n°2017-012/P-RM du 1er mars 2017 autorisant la ratification de l’accord de prêt, signé à Bamako, le 15 septembre 2016, entre le gouvernement et l’Association internationale de développement (IDA), pour le financement du projet d’alimentation en eau potable en milieu urbain. C’est le ministre de l’Énergie et de l’Eau, Malick Alhousséini qui a soutenu ledit projet de loi. Il ressort du rapport de la Commission eau, énergie, industries, mines, artisanat, tourisme et technologies de l’Assemblée nationale, que par cet accord de financement, l’IDA accorde au gouvernement un prêt d’un montant de 15 milliards de F cfa environ, assorti d’un don de 10 milliards de F cfa. Cet accord de financement contribue à la réalisation du projet d’alimentation en eau potable en milieu urbain, qui vise à accroître l’accès des populations à des services durables d’alimentation en eau potable dans les centres de Kita, Nioro, Markala, Sélingué, Bougouni et Gao, concourant ainsi à la mise en œuvre du Cadre stratégique pour la relance économique et le développement durable (CREDD). Le projet de loi portant ratification de l’Ordonnance n°2017-005/P-RM du 08 février 2017 autorisant la ratification de l’accord de prêt, signé à Bamako, le 15 décembre 2016, entre le gouvernement et la BOAD pour le financement partiel du projet d’interconnexion électrique Mali-Guinée : construction de la ligne 225 KV Sanankoroba -frontière de Guinée et extension du poste haute tension de Sanankoroba a reçu l’assentiment des députés à travers 87 voix pour, 0 contre et 0 abstention. Ce texte a été également défendu par le ministre de l’Énergie et de l’Eau, Malick Alhousséini. Par cet accord, la BOAD consent au gouvernement un prêt d’un montant de 18 milliards de F cfa, pour une durée de 10 ans. Le projet s’insère dans un programme de construction de la ligne d’interconnexion 225 KV des réseaux électriques de la Guinée et du Mali. Il a pour objet, la construction de la ligne d’interconnexion électrique 225 KV Sanankoroba-frontière de Guinée sur une longueur de 127, 7 km et l’extension du poste haute tension (HT) de Sanankoroba. Les députés ont questionné sur les conditions dans lesquelles cette interconnexion est faite ; sur les conditionnalités du prêt de la BOAD. Nombre d’entre eux ont souhaité savoir à quand notre pays aura son indépendance énergétique, en lieu et place de l’interconnexion avec certains pays de la sous région. Dans ses réponses, le chef du département de l’Énergie et de l’Eau a confié que ce projet permettrait de réduire les charges d’exploitation et de rendre l’énergie plus accessible. Et Malick Alhousséini d’annoncer que 73 villages seront traversés par cette ligne, avec l’avantage d’électrifier toutes ces localités. Le ministre est ensuite revenu sur les objectifs fixés par le gouvernement pour faire accéder l’électricité au plus grand nombre de Maliens: investir dans les moyens propres de production, de transport et de distribution ; assainir la gestion au niveau d’EDM sa, notamment le recouvrement des factures de la société. Le projet de loi portant création du Fonds national pour le développement de la statistique (F.N.D.STAT) a été voté à 90 voix pour, 0 contre et 0 abstention par les députés. Ce texte a été exposé par le ministre de l’Aménagement du territoire et de la Population, Adama Tiémoko Diarra. Enfin, l’examen du projet de loi d’orientation pour l’aménagement du territoire (LOAT), objet du dépôt n°2016-58/5L, a été renvoyé à la prochaine plénière pour complément d’informations.

M. SIDIBE


Source : Africatime

Africatime

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here