Supposées exactions des FAMA contre les populations civiles : Quand l’AMDH et ses organisations sœurs jouent au jeu des néocolonialistes

Dans un rapport rendu public, la semaine passée, la Fédération internationale des droits de l’Homme (FIDH) et l’Association malienne des droits de l’Homme (AMDH) estiment que « les ripostes de l’Armée malienne face à l’insécurité grandissante s’accompagnent de grave violation des droits humains notamment de nombreuses arrestations, des détentions arbitraires et des actes de torture perpétrés dans le cadre d’opérations antiterroristes ».

Cette position de l’AMDH et de ses organisations sœurs a heurté la sensibilité de plus d’un qui a d’ailleurs provoqué de vives contestations de la part des Maliens. À ce titre, la question qui taraude l’esprit des Maliens ordinaires est de savoir où était cette organisation lorsque nos braves soldats tombaient par groupe sous les balles des barbares d’un autre acabit ? Les statistiques en disent davantage, des différents rapports, il ressort que du mois de janvier 2017 à nos jours, plus de 300 militaires maliens ont trouvé la mort à la suite des violences. Le comble dans tout cela, c’est que l’AMDH est restée complètement muette sur ces tueries perpétrées par des hommes armés contre notre vaillante armée. Sauf dans sa note bidon, elle a dédié quelques passages aux violences perpétrées contre l’Armée malienne. C’est de la poudre aux yeux de l’opinion publique malienne, car le rapport vise tout simplement à brandir des sanctions contre de supposées exactions des éléments des Forces armées maliennes dans leur mission de sécurisation des Maliens et de leurs biens afin de les empêcher d’accomplir cette mission convenablement.

Ce qui est encore très troublant dans l’attitude de cette organisation dite de défense des droits humains c’est qu’elle est totalement en déphasage avec le peuple malien qui n’aspire qu’à vivre dans un pays en paix et en parfaite symbiose avec pour unique vision, le développement au bénéfice de l’ensemble des Maliens. Et cela a toujours été sa position dès qu’il s’agit de l’Armée malienne. Comment comprendre qu’une Armée, qui fait face à l’une des crises les plus profondes de son histoire avec presque des moyens dérisoires dans un État en total déconfiture, un État presque inexistant sur la majeure partie de son territoire, soit acculée par des rapports bidon d’une association qui tire sa survie et ses ressources principales des fonds extérieurs ?

Toujours dans sa lecture erronée de la situation et de la réalité malienne, l’AMDH avance que « pour rétablir le lien de confiance entre les populations civiles et l’État, crucial dans la lutte contre le terrorisme, il est urgent d’encadrer davantage la réponse militaire afin de mettre fin à ces exactions et de tout mettre en œuvre pour permettre le retour des publics de base ».

Comment peut-on avancer de tels propos au moment où l’Armée malienne fait face à une guerre asymétrique, dans un contexte où l’ennemi peut frapper à tout moment ? Ces propos nous amènent à nous poser la question de savoir si réellement les responsables de l’AMDH vivent dans le même pays que l’écrasante majorité de la population malienne.

Après que certains de nos confrères aient relevé le caractère inopportun de ce rapport, l’organisation au lieu de revoir sa copie en présentant ses excuses au peuple malien en particulier les FAMA, elle est montée au galop à travers un communiqué laconique, à la limite injurieux à l’encontre des journalistes. À travers les arguments avancés dans son document, l’AMDH vient de montrer qu’elle est dans un autre schéma différent de celui de l’ensemble du peuple malien et des patriotes convaincus.

Prenez nos fonds et justifiez notre financement. Laissez l’Armée malienne accomplir sa mission de lutte contre l’insécurité et de protection des personnes et de leurs biens pour le bonheur de tous les Maliens.

À bon entendeur salut !

MAMA PAGA

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here