Journée scientifique de médecine du sport : En attendant le congres …

La première journée scientifique de médecine du sport de l’Association malienne de médecine du sport (AMAMES) s’est tenue, le samedi 13 mai, au centre Charles Merieux. La rencontre était animée par deux Pr, Youssouf Coulibaly et Adama Sangaré et le Dr Adama Y. Sangaré, président de l’AMAMES.
Trois grands thèmes ont été abordés lors de la rencontre : la physiologie de la douleur traumatique, l’examen du genou et de la cheville, les travaux pratiques de réanimation cardio-respiratoire (cas du défibrillateur). Pour le président de l’AMAMES, ce stage de médecine du sport revêt une grande importance et vient à point nommé pour le monde du sport national.
«Dans le milieu du sport, ce sont ces problèmes qui embêtent tout le monde. Le médecin doit être capable de maîtriser la douleur et limiter son effet sur la performance du sportif, expliquera Dr Adama Y. Sangaré. Les deux articulations les plus touchées dans le sport de pieds sont le genou et la cheville. Les médecins du sport doivent être capables de maîtriser ces deux articulations et de prévenir leurs blessures.
L’arrêt cardiaque est un thème d’actualité. Nous sommes en période de chaleur. Il peut y avoir le risque de mort subite. Nous ne le souhaitons pas mais il peut arriver. Tous les médecins du sport doivent savoir comment réanimer», ajoutera le président de l’AMAMES.
Quelques laboratoires (Pierre Fabre, Draphra-Pharma) ont été présentés, lors de cette première journée scientifique de médecine du sport. Deux communications libres ont également été faites par Dr Andrée Diarra sur la proprioception du genou et Dr Bagna Baby sur l’effet de la chaleur. «Dans n’importe quelle discipline, à la fin de l’activité, il y a la douleur. C’est celui qui arrive à surmonter psychologiquement cette douleur qui gagne.
C’est pourquoi, quand quelqu’un est fort mentalement, il gagne toujours. C’est le mental qui fait la différence. Aujourd’hui, tout le monde a le même système d’entraînement, les mêmes préparations. C’est pourquoi la victoire est mentale à 70%, avant d’être technique et physique», conclura Dr Adama Sangaré.
La première journée scientifique de médecine du sport terminée, les médecins sportifs ont, désormais, le regard tourné vers la prochaine étape, à savoir le congrès.

Ladji M. DIABY

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here