Front social au Mali : Et soudain, le calme !

En ébullition à 100°c sous le soleil ardant et finissant «lasaratilé» du PM Modibo Keita, le front social (santé, éducation, football) trouva un semblant de calme aux lendemains de la nomination d’Abdoulaye Idrissa Maïga, comme PM. Un climat malsain du reste, attribué par certains à l’expertise avérée de AIM en matière de négociation. Rien n’est moins sûr, car en politique comme sur un terrain de foot, tous les gestes antijeu ne pas sont visibles. Décryptage !

Montée de la température sociale

Le ton avait été donné par les magistrats. Les enfants choyés de la République, pour certains, reprennent alors le chemin des tribunaux, après une longue grève illimitée. Une première pour les magistrats au Mali. Que voulaient-ils ? Le citoyen lambda ne sait pas grand chose sauf que la fin du mouvement constitue pour lui un soulagement. Pas pour longtemps, car ce même citoyen vivra à la suite, la grève des acteurs de la santé et de l’éducation. Pour vraiment l’enrager, le domaine de sa passion, le sport, en particulier le foot, entre dans la danse. La montée de la température sociale au Mali est à son comble.

En face, le gouvernement reste invisible. En tout cas, le PM Modibo Keita suit le mouvement social. Une seule initiative à son actif, une rencontre avec les syndicats de l’éducation pour dire, semble-t-il, que Modibo Keita est avant tout un enseignant. Pourtant, l’expression d’une telle solidarité ne faiblira pas le syndicat de l’éducation. Sans le dire, il affiche un mépris au mouvement de ses collègues enseignants, convaincu que, ce sont des «hassidis» et leur sortie n’a d’autre but que de le mettre dehors.

La santé n’étant pas son domaine, il ne s’y mêle pas. Alors qu’à son âge, on préfère regarder un match de foot à la télé. Sa préoccupation est ailleurs. Elle a consisté à entretenir, via les médias, le profil de son successeur en vue de brouiller les pistes pour faire durer le bail à la Primature. Le vieux père a pris goût au pouvoir. Il est encore fondé d’être sous le charme de sa fibre patriotique sur son cadet, le président IBK. Le premier geste antijeu réside là. La méconnaissance par le PM Modibo Keita de la capacité politique du président IBK. Ce dernier, pour respecter la tradition, ne peut en aucun cas jeter dehors son aîné de PM. Mais, ce n’est pas un PM qui affaiblira le pouvoir IBK. Modibo Keita n’est plus la solution. IBK le sait.

Animal politique qu’il est, sa patience se paye toujours. Le PM Keita dégagera. Ses amis du RPM s’en chargeront. Eux qui, depuis, se cherchent un PM bon teint RPM. On laisse la température monter et les ministres sectoriels au charbon. Futures victimes collatérales du départ du PM Modibo Keita, ces ministres s’évertuent via les médias à convaincre de leur bonne volonté. Dommage pour eux, car le bon Dieu ne voit pas leur main tendue. Le coup de grâce ne tombe pas. Il doit venir d’un soutien du président IBK. La réponse aux doléances des syndicats engage l’Etat. Un décret ou une décision présidentielle est nécessaire. Et, comme toujours, le président IBK n’est pas au courant de ce qui se passe au Mali. Alors, Barthelemy Togo de l’éducation et Madeleine Ba de la santé voient leurs efforts sans fruit. Ils ne disposent plus d’interlocuteurs publics. Les négociations s’enlisent et le mouvement s’embrasse. Le second geste antijeu est là. Mais, il faut plus pour sceller le sort du PM Keita, ce qui ne s’accommode guère à une initiative présidentielle pour calmer la tension sociale. On le sait, le président IBK vit à l’affect, c’est affligeant pour lui de se débarrasser de son PM, tant affectionné.

Le spectacle des députés RPM pour dégager le PM Modibo Keita !

Pour une solution à la crise, une initiative de motion de censure contre Modibo Keita et son gouvernement est développée par des députés RPM. Abandonnée ensuite au motif que le président IBK est disposé à les écouter. Les voici donc à Koulouba. La presse s’en fait l’écho. Le geste est salué comme étant un acte majeur des députés RPM aux côtés du président IBK pour calmer la situation. Faut-il en rire de ce spectacle irresponsable des élus RPM pour dégager le PM Modibo Keita ?

Comme à l’accoutumée, le peuple RPM excelle dans l’infantilisation du peuple malien. Tenez, l’initiative des députés RPM, s’enracine dans ses gestes prisés par IBK, une fois qu’il est convaincu que “quelqu’un n’est plus sûr”. Modibo Keita ne l’était plus. IBK actionne ses obligés de Bagadadji en sourdine. Autrement, personne ne saurait sévir contre l’aîné PM Modibo Keita sans la bénédiction du cadet président IBK. Le tout-puissant Treta, l’alors ministre du Développement rural et le bouillant Igor de l’Economie et des Finances, en son temps, en savent quelque chose. Eux, limogés du gouvernement, au motif de manque d’égard pour le PM Modibo Keita et à cause de leur velléité pour son poste. Ce ne sont pas des piètres députés qui peuvent entamer une opération de sape contre une personne qui bénéficie de l’affection du président. Non. SVP !

Au bout de la démarche insidieuse, mais politique, le RPM est galvanisé. Pour une fois, ces élus ont fait l’objet de considération par le président IBK qui finit par nommer un des leurs comme PM en la personne d’Abdoulaye Idrissa Maïga, son ancien directeur de campagne, ministre présent dans les gouvernements successifs. On se congratule à l’Assemblée nationale et on se félicite au sein du RPM. Le parti gagne un de ses combats. Il était temps. L’infantilisation du peuple par le RPM doit avoir un contenu. Lequel devra le pérenniser dans le temps. Qui mieux qu’un ancien directeur de campagne peut le conduire à la victoire en 2018 ? Assurance politique pour le RPM, sérénité pour IBK. AIM bénéficiera de l’appui du RPM, du soutien du président IBK et de la complicité du monde des syndicats. Plus rien ne peut lui résister.

Et soudain, le front social retrouve un calme avec la nomination d ‘AIM !

Oui, en ébullition à 100°c, le front social (santé, éducation, football) trouva un semblant de calme aux lendemains de la nomination d’AIM, comme PM. Un climat, attribué par certains à l’expertise avérée d’AIM en matière de négociation. Que nenni !

Le PM AIM est bien un animal politique, mais pas tant un négociateur avéré. Loin s’en faut. Il aura bénéficié tout simplement du soutien du président IBK, de l’appui de son camp (le RPM) et de la duplicité des leaders syndicaux. Avec la nomination d’AIM, le président IBK ne pouvait plus rester indifférent à la tension sociale. Pour une fois, il s’est rendu compte de ce qui se passe au Mali et a agi. La fin du mouvement social constitue la première activité de la mise en œuvre du plan des Urgences Sociales. Une priorité du président IBK donnée au gouvernement AIM.

L’appui du RPM aura consisté à entretenir les leaders syndicaux de lendemains meilleurs, mais à condition qu’ils inscrivent leur action dans le temps. D’où cette duplicité du mouvement syndical qui s’explique par le manque de lisibilité dans les acquis issus des négociations. On s’étonne qu’aucun syndicat n’ait entretenu la presse sur les conclusions des négociations. Pourtant, les mémorandums des doléances faisaient alors la Une des journaux. Alors, le PM AIM, fin négociateur ! Oui, qui aura bénéficié de la carte maîtresse, celle du président IBK, du lobbying nécessaire de la part du RPM et de la complicité des leaders syndicaux. Il reste que ce calme observé sur le front social, à l’actif du PM AIM, est tout simplement malsain. Il est juste pour le démarrage de la mise en œuvre du projet présidentiel, au nom des Urgence Sociales pour le Mali d’Abord, qui sera bientôt au service d’IBK 2018. On parle alors de Grande Offensive du président IBK. Et, vous le savez.

Békhaye DEMBELE

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here