Il était une fois Babani Sissoko

" En trois ans, de 1996 à 1999 je lui ai remis 145 milliards de francs CFA. J'ai effectué plusieurs virements bancaires illégaux depuis les comptes de certains de nos clients fortunés et je ne sais pas pourquoi j'ai réalisé ces opérations; j'ai été sous l'influence de la maggie noire

" Déclarait à la police financière des Emirats Arabe Unie, Mohamed Ayyoub, directeur exécutif de la DIB (Dubai Islamic Bank ). Quelques jours après cette audition, la police émirats émettait un mandat d'arrêt international pour " escroquerie par usage de la maggie noire " .

L'auteur de l'envoutement, c'est cet homme sur la photo, le malien Babani Sissoko. Il a échappé à la prison de justesse aux USA, fort de ses nombreux avocats de premier plan, mais il se dit aujourd'hui ruiné. Au temps de sa splendeur il a mené grand train de vie.

Air Dabia du nom de son village est la compagnie aérienne que Babani Sissoko possédait, elle comptait pas moins que 5 Boeing 747 et des appareils plus légers; mais parmi les nombreuses autres entreprises que le marabout homme d'affaires possédait on comptait des activités dans l'hôtellerie de luxe, le commerce et l'industrie. Il frequentait les présidents africains et les rois arabes, on le disait très proche de Khadafi. Et puis suite à ses démêlés avec les Émirats et rattrapé par d'autres affaires judiciaires dont une pour corruption et soupçons de multiplication illicite de billets de banque, aux USA où il résida un temps, l'homme d'affaires a sombré dans la déchéance financière et vit aujourd'hui reclu dans son village ou un de ses Boeing en panne et abandonné, trône encore sur la veille piste d'aérodrome qu'il avait fait construire.

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here