Les fruits de la démocratie sont souvent amers à avaler

Nous aimons critiquer ceux et celles qui sont au pouvoir, ou les personnes avec lesquelles nous ne partageons pas les mêmes idées. Jusque-là rien d’anormal, mais là où le bât blesse c’est quand nous nous mettons en tout feu, quand on nous retourne les critiques.

Avec l’avènement des réseaux sociaux qui constituent un véhicule incontournable pour la démocratie participative, sociale, nous avons l’opportunité de faire connaître nos idées citoyennes, d’apporter la contradiction chez l’autre, mais aussi d’accepter la différence d’opinions.

Hier soir, un échange interactif sur Facebook entre internautes et un homme public malien a retenu mon attention, compte tenu du personnage en question. Le personnage pour le citer nommément n’est autre que notre camarade de Malilink, le désormais homme public, Etienne F. Sissoko, qui a posté sur sa page Facebook, une question  interactive, dont voici la teneur :

Etienne Fakaba Sissoko : question pour un champion

<>  Je suis ? Je suis ?

Et comme il fallait s’y attendre, les «like» et les réponses étaient nombreux et diversifiés. Je fus de ceux qui avaient réagi à la question hautement politique d’Etienne Sissoko. Il faut le préciser c’est ma première fois d’avoir un échange direct avec lui. Voici ma réaction à sa question : «je suis celui qui t’a recruté et qui t’a roulé dans la farine en pays kurukanfuga» Quel ne fut mon étonnement de lire sa réaction suivante : «…Si je n’avais pas de respect pour toi Yachim Maïga, je t’aurais bloqué comme tous ces petits cons qui jouent à ce jeu.»

Je me suis donc précipité pour lui répondre en lui présentant toutes mes excuses, mais je n’aurais pas cette opportunité car mes posts ont disparu sur sa page, du moins je n’y avais plus accès. A-t-il mis sa menace en exécution de me bloquer et par la même occasion m’a versé dans la catégorie d’internautes qu’il qualifie de «petits cons» ? Je ne saurais répondre à la question, toujours est-il que le constat reste le même.

De sa réaction, je déduis deux faits : sur la forme, Etienne Sissoko, homme public, politique, pour avoir occupé un poste de conseiller à la présidence de la République, a utilisé des propos inélégants : «je t’aurais bloqué comme tous ces petits cons qui jouent ce jeu…».  Dans le fond de sa réaction, il montre son absence d’ouverture à l’autre, son allergie à la critique, fut-elle subjective. Je peux comprendre la frustration et l’humiliation subies par Etienne, suite à toute la tempête médiatique qui a suivi son départ de Koulouba, mais de là à voir des poux sur ma tête, c’est un pas qu’il ne devrait pas franchir.

J’aurais aimé avoir un débat citoyen avec lui sur la portée et le sens de ma réaction à son post, au lieu d’une réaction que je qualifie d’épidermique. Hélas, il ne m’a pas donné cette occasion de débattre sur le sens de ma pensée. J’ai compris qu’il n’a pas le sens de l’humour sahélien pour saisir le sens de mon post : «je suis celui qui t’a recruté et qui t’a roulé dans la farine en pays kurukanfuga».

Nous passons notre temps à critiquer les autres, dans notre cas, sur ce forum, nous ne faisons pas de quartier aux dirigeants en place dont IBK et son gouvernement, entre autres. Le débat citoyen doit être dans les deux sens : on ne peut pas vouloir apporter les contradictions à l’autre sans s’attendre à être critiqué. Celles et ceux qui peuvent encore avoir accès aux échanges de son post en question, verront que notre camarade, Etienne Sissoko, ne supporte pas la contradiction dans le débat qu’il a lui-même lancé sur sa page Facebook, à travers sa question qui n’en est pas une, car, point besoin d’être champion pour deviner la réponse : IBK, son ancien employeur.

Ce qui m’amène à la substance de sa question, je le cite : «Je suis un politicien roublard et corrompu, aimant l’opulence et les honneurs. Incompétent, on me surnomma “l’incapable”. Je veux quand même être Président en 2018». L’autre face de cette question, qui pourrait être lancée à la figure du jeune frère Dr. Etienne Sissoko, est : Oui je savais que tu es un politicien roublard et corrompu, mais j’ai quand même accepté que tu m’emploies. Les fruits de la démocratie que sont, entre autres, la pensée plurielle et l’acceptation de l’autre, sont souvent amers à manger. Etienne et tant d’autres pensent qu’il faut bannir tous ceux qui ne boivent pas à la même soupe qu’eux. C’est comme tous ces chefs de partis politiques ou d’associations et ordres, j’en passe, de notre pays, qui réclament l’alternance mais qui se battent bec et ongles contre l’alternance dans leurs propres organisations.

Je le dis et je le répète, il n’y a pas de bons et de mauvais Maliens, il n’y a pas de «gnengo», «hassigui» ou de petits cons maliens. Il y a des Maliennes et Maliens de pensée et d’opinons diverses. Nous devrions aussi arrêter cette culture d’humiliation qui voudrait que dès que je ne suis pas avec toi, je dois te détruire. Etienne Sissoko lui-même victime de cette situation ne devrait pas tomber dans le même jeu : humilier l’autre, traiter l’autre de petit con. Que ce soit à un niveau individuel ou niveau collectif, nous devrions apprendre à nous regarder dans le miroir avant de tendre le miroir à l’autre. Nous devrions combattre la pensée unique et défendre nos convictions sans déshabiller l’autre.

Yachim MAIGA


Source : Maliweb

Maliweb

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here