Santé communautaire au Mali : Vers une solution dans la prise en charge des relais communautaires

Les Agents de Santé Communautaire (ASC), appelés relais communautaires du Mali travaillent dans les conditions extrêmement difficiles. Et pourtant, leur présence est capitale dans les coins de brousse du pays. Selon les statistiques de la Fédération nationale des associations de santé communautaire (Fenascom) et les partenaires financiers,  3.253.430 personnes, ont accès aux soins de santé de ces agents. A la date du 31 décembre 2016, selon les mêmes statistiques, le nombre fonctionnel des sites ASC est de 2300 sur les 2525 crées, soit une proportion de 91% de sites fonctionnels. Ils font de la prise en charge du paludisme, de la diarrhée, de la malnutrition, font le suivi des nouveaux nés, l’utilisation des méthodes de planification familiale à leur niveau. Malgré ce rôle capital qu’ils jouent, les ASC sont pris en grande partie par les partenaires financiers. Ces derniers  contribuent, en 2015, dans la mise en œuvre des soins essentiels dans la communauté (SEC) à hauteur de 7.749.885.476 FCFA. Mais sont sur la voie de se retirer dans leur soutien. Pour faciliter donc l’intégration des Asc dans la fonction publique des collectivités, adopter le plan stratégique des SEC par le MSHP, insérer le financement du plan stratégique Sec dans les priorités budgétaires du Mali, un ensemble d’organisation qui appuient l’association des municipalités du Mali dans la prise en charge des ASC dont Healph  Policy plus (HP+), en collaboration avec l’Assemblée nationale du Mali, à travers la commission de la santé, du développement social et de la solidarité, ont organisé le 19 mai 2017, dans la salle Aoua Kéita de l’Assemblée nationale, sous la présidence du vice président Cheick Laya Nimaga (représentant son président), un séminaire sur la problématique de la  prise en charge des Asc. En somme, il s’agit de réfléchir ensemble pour trouver une solution pérenne à ce vide important au niveau de l’Etat. «On remercie la commission santé de l’Assemblée Nationale pour le travail de collecte d’information, d’échange qu’elle mène sur le terrain avec les Asc», dit le directeur de Hp+ au Mali, Dr Seydou Traoré. Le président de la Fenascom, Yaya zan Konaré, s’est dit ému d’être reçu à l’Assemblée Nationale avec ses collègues pour être écouter par les élus de la nation afin de partager ensemble cette préoccupation qui inquiète tous. Selon lui, assurer la prise en charge effective de l’ensemble de la population malienne, passe par une bonne prise en charge des ASC, en améliorant leur condition de travail. L’honorable Boubacar Dianguina Sissoko, le président de la commission de la santé, du développement social et de la solidarité de l’Assemblée nationale, d’ajouter que tout le monde est interpellé par rapport à cette situation qui n’honore personne. «On doit trouver une solution définitive à cela», a-t-il martelé. Pour le vice président de l’Assemblée Nationale, Cheick Laya Nimaga, les Cscom constituent les lieux les plus appropriés pour tous les soins primaires. « Les malades qui fréquentent ces lieux doivent avoir des meilleurs traitements. C’est pourquoi il est plus important de trouver rapidement une solution à cela avant le retrait des partenaires. Et l’assemblée nationale y veillera », a-t-il promis.

Hadama B. Fofana


Source : Maliweb

Maliweb

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here