IBK lors de la 13ème édition de la journée du paysan : Le chômage des jeunes et leur exode vers l’occident me coupent le sommeil

La 13ème édition de la journée du paysan s’est tenue, le jeudi 25 mai 2017, dans la ville de Ségou, la cité des ‘‘Balanzas’’. Placée sous la haute présidence de Son Excellence Monsieur Ibrahim Boubacar Keita, président de la République, cette édition avait pour thème : « Investir dans l’emploi des jeunes en milieu rural ». C’était en présence des membres du Gouvernement ; du président de l’Assemblée permanente des chambres d’agriculture du Mali (APCAM), Bakary Togola et plus de 700 producteurs venus des régions administratives et du District de Bamako.
Cette journée du paysan avait pour objectif de permettre aux paysans de s’adresser au président de la République sans aucun interlocuteur afin de lui exprimer leur allégresse mais aussi leurs préoccupations avérées des obstacles qui stagnent l’avancement de l’agriculture dans notre pays. C’est pourquoi, en prélude de cette journée, un atelier de deux jours avait été organisé. Il a regroupé 700 producteurs venus de tout le pays. A l’issue de cet atelier, les participants ont élaboré des recommandations qui ont été transmises au président IBK.

Il faut noter qu’au cours de cette journée, tous les représentants du secteur agricole à savoir les agriculteurs, les éleveurs, les pécheurs et les pisciculteurs, les exploitants forestiers, les femmes rurales et les jeunes ruraux ont eu à intervenir sur les atouts, les contraintes et les propositions d’amélioration de leurs secteurs respectifs.

Une production record de 8 900 000 tonnes de céréales, 647 000 tonnes de coton

Par ailleurs, le président de l’Assemblée Permanente des Chambres d’Agriculture du Mali (APCAM), Bakary Togola, a affirmé aux intervenants qui l’ont précédé que la campagne agricole 2016-2017 a été bonne dans l’ensemble avec une production record de 8 900 000 tonnes de céréales, 647 000 tonnes de coton. En plus des difficultés majeures rencontrées notamment des spéculations foncières dans certaines zones, le président Togola a prononcé quelques propositions d’amélioration de la campagne agricole 2017-2018.
Il s’agit entre autres de poursuivre les aménagements hydro-agricoles ; de réhabiliter les périmètres dégradés ; de veiller à la bonne gestion des cautions techniques d’engrais ; de permettre la circulation des engins à deux roues (moto) de 6h00 à 18h00 dans les localités concernées afin que les producteurs puissent s’occuper de leurs activités agricoles ; d’équiper les producteurs en matériels agricoles selon les zones de production (motoculteurs, motopompes, tracteurs, semoirs, batteuses, repiqueuses, bœufs de labour, charrues, multicultures, équipements de maraichage) ; de décentraliser la distribution et de poursuivre l’opération ‘‘pluies provoquées’’ sur l’ensemble du territoire.

Quant à la situation des jeunes ruraux, le président Bakary Togola a révélé que grâce à leurs efforts, la campagne agricole 2016-2017 a été bonne dans la zone soudanienne mais il a déploré des insuffisances dans les zones sahélienne et saharienne. A cet effet, en marge des difficultés rencontrées, il a proposé, pour la campagne agricole 2017-2018, de former les jeunes sur les technologies nouvelles de production agricole et sur les techniques d’adaptation au changement climatique; de leur faciliter l’acquisition des terres. Il a aussi insisté sur leur implication dans la gestion des intrants agricoles.

En outre, les agriculteurs ont recommandé la facilitation de la mise en place des organisations formelles des jeunes ruraux (coopératives, Groupement d’intérêt économique) pour développer l’esprit d’entrepreneuriat ; le renforcement des capacités des jeunes sur les techniques innovantes de production agricole. Et puis, ils ont demandé de doter les jeunes en kits à la fin de chaque formation afin de favoriser leur installation dans leurs localités d’origine ; de créer un fonds spécial dédié uniquement à l’emploi des jeunes ruraux ; la mise de 2% du budget d’Etat alloué au secteur agricole à la disposition des Chambres d’agriculture et des organisations professionnelles agricoles ; l’incitation de la reprise des institutions financières au profit des agriculteurs du nord du pays ; l’élaboration et la signature d’un décret déterminant la nature, le taux et le montant des taxes et ristournes nécessaires pour couvrir les dépenses et charges votées par l’APCAM et les Chambres régionales d’agriculture. Et enfin le développement d’un système de cage flottante sur tous les plans d’eau pour lutter contre l’utilisation des dragues.

La tenue de la journée du paysan à Kidal souhaitée

« Nous demandons au bon Dieu qu’il nous permette dans sa miséricorde de pouvoir tenir la prochaine édition dans le nord du pays notamment à Kidal », a introduit le président de la République, avant de saluer les agriculteurs à propos des résultats obtenus lors de la campagne précédente qui a hissé le Mali au 3ème rang parmi les pays de l’UEMOA.
« Quoiqu’ils me disent ou quoiqu’ils me fassent, j’accepte tous pour le Mali », a-t-il déclaré. A ses dires, les agriculteurs lui donnent l’espoir et l’énergie d’avancer en cherchant le bonheur pour les Maliens. « Votre accompagnement est notre souci car nous avons le souci que le peuple malien n’ait pas faim », a-t-il indiqué, avant d’annoncer que l’agriculture n’est pas facile et n’est pas un travail pour les fainéants. Par rapport au thème, le président a révélé que le chômage des jeunes et leur exode vers l’occident lui coupe le sommeil.

Alors, il a accepté la demande des agriculteurs d’allouer 2% à l’APCAM pour que les chambres et les organisations professionnelles fassent que l’agriculture rende heureux les jeunes maliens et qu’ils n’aient plus envi d’aller se tuer à la méditerranée dans le but de rejoindre l’occidentaux. Après la visite des stands, le président IBK a officiellement lancé la campagne agricole 2017-2018.

Seydou Karamoko KONE

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here