Mohamed El Moctar, ministre de la Réconciliation nationale: « Engageons nous pour un Mali réconcilié en paix ou chacun compte… »

L’Accord pour la paix et la réconciliation issu du processus d’Alger vient de boucler ses deux ans. A cette occasion, le ministre de la Réconciliation nationale, Mohamed El Moctar, fait un bilan succinct de sa mise en œuvre ainsi que les perspectives en vue d’instaurer définitivement la paix dans notre pays.

Quel sens donnez-vous aujourd’hui au document de l’Accord pour la paix et la réconciliation, deux ans après sa signature ?
Mohamed El Moctar : Le Mali, notre pays, a connu en 2012 une grave crise multidimensionnelle qui a eu pour conséquences la déchirure du tissu social, la remise en cause de l’intégrité territoriale, de l’unité nationale et la dégradation de l’activité économique. La recherche de solutions à cette crise a mobilisé, durant de longs mois, toutes les composantes de la société malienne, les pays amis et l’ensemble de la communauté internationale avec comme résultat la signature le 15 mai 2015 de l’important et historique Accord pour la paix et la réconciliation nationale issu du processus d’Alger et son parachèvement le 20 Juin 2015. Nous célébrons du 15 mai et jusqu‘au 20 juin 2017 l’anniversaire de cet important évènement qui consacre la paix et la concorde tant recherchées par notre peuple. Le président de la République, Son Excellence Monsieur Ibrahim Boubacar Kéïta, attache une importance absolue à la mise en œuvre de cet outil de paix, et ne cesse de lancer un appel patriotique à tous les fils et filles du pays à s’engager fortement pour l’atteinte des objectifs fixés.
Pouvez-vous nous faire un bilan succinct de sa mise en œuvre?
Mohamed El Moctar : Aujourd’hui, il ne s’agit pas pour moi de dresser un bilan complet de la mise en œuvre de l’Accord. Cependant, il me plait ici de citer quelques réalisations importantes. Au niveau des questions politiques et institutionnelles, il a été procédé à la relecture consensuelle entre le gouvernement et les mouvements signataires de certains textes fondamentaux sur le processus de la décentralisation, à la nomination des gouverneurs des régions de Taoudéni et Ménaka ; à l’installation des autorités intérimaires au niveau des régions de Tombouctou, Gao, Kidal et les collèges transitoires de Taoudénit et Ménaka. Au niveau de la Défense et de la Sécurité, l’on relève la création du mécanisme opérationnel de coordination (MOC) : l’organisation de certaines patrouilles mixtes; la mise en place de la Commission nationale pour le DDR; la viabilisation de certains sites de cantonnement. S’agissant du développement économique, social et culturel, il est établi : la mise en place des Agences de Développement Régional (ADR); la signature des contrat-plans des régions de Ségou et Sikasso ; la relance des activités pour la construction du barrage de Taoussa.
Enfin dans le chapitre de la Réconciliation et des questions humanitaires, les réalisations ont porté sur la fonctionnalité de la Commission Vérité, Justice et Réconciliation; l’organisation réussie en avril 2017 de la Conférence d’entente nationale ; l’indentification des sites pour l’installation des personnes refugiées et des personnes déplacées ; la création de la Mission d’appui à la réconciliation nationale et des équipes régionales.
Malgré ces efforts, il y a des Maliens qui attendent toujours de voir la paix définitive instaurée dans notre pays….
Mohamed El Moctar : Les défis à relever pour renforcer la cohésion sociale, consolider l’Unité nationale exigent pour chaque Malien et chaque Malienne, de l’intérieur et de l’extérieur, d’accepter de faire le don de soi pour la cause nationale. Pour cela aucun sacrifice n’est de trop. Nous devons dans les prochains mois, comme cela a été recommandé par la Conférence d’entente nationale, élaborer et adopter la Charte pour la paix, l’unité et la réconciliation nationale, poursuivre les efforts pour le retour dans la mère patrie de nos compatriotes se trouvant dans les camps des réfugiés, engager des actions énergiques pour promouvoir le développement économique, social et culturel. Rassurons-nous les Maliens ! Le Mali pour le pays de nos rêves grâce à l’unité retrouvée de tous ses fils et filles. La consolidation de l’unité nationale sera une œuvre collective. Le gouvernement s’y est engagé sous la conduite de son Excellence Monsieur Ibrahim Boubacar Kéïta.
Quelles sont les perspectives en vue pour marquer du sceau la paix définitive dans notre pays ?
Mohamed El Moctar : Il s’agit pour le ministère de la Réconciliation nationale de mettre en œuvre intégralement son plan d’actions qui permet de consolider le processus de réconciliation, de promouvoir l’ancrage de la culture de paix à tous les niveaux, d’accompagner le processus de mise en œuvre de l’Accord pour la paix et la réconciliation issu du processus d’Alger, de pérenniser la cohésion sociale en vue d’une paix durable et enfin de prévenir et gérer toute forme de menaces à la paix et à la stabilité.

(Source : Cellule de communication du ministère de la Réconciliation nationale)


Source : Africatime

Africatime

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here