Gouvernance vicieuse, dolosive et moribonde : IBK «I tè Sabali» !

83

Moshe Dayan, l’Israélien, après sa victoire éclatante lors de la guerre des six jours, a eu ses mots crus s’adressant à ses frères ennemis. Il a dit en substance : Apprenez, après avoir appris, retenez, et après avoir retenu, souvenez-vous ! Un peuple a comme un homme besoin de mémoire pour savoir d’où il vient et où il souhaite se rendre.

En 1980, quelques années après l’assassinat du président Modibo Keita, Cabral fut assassiné. Le peuple malien passif regarda sans broncher. En 1987, Soumana Sako démissionna suite à l’affaire de l’exportation frauduleuse de notre or par Moussa Traoré et sa cour. Le peuple observa sans broncher. En 1991, Moussa Traoré se croyant omniscient et omnipotent fut balayé par un vent populaire. Moussa avait dit un jour : «Le fait que rien ne fait mal aux Maliens, me fait mal». Sans nul doute, l’homme aux trois mardis a raison.

Après la suite de Moussa, nos démocrates ont été et sont encore les pires voleurs de tous les temps. Le peuple meurtri regrette un dictateur criminel sans pitié. Le fond du fond. Il fallait vivre pour le voir. Le temps, c’est Dieu et le temps reste le maître.

En 2012, ATT qui avait péché non par apatridie mais par insuffisance de culture politique et livresque, faute de n’avoir pas trop lu, sinon, pas bien lu, fut renversé. Le Mali est envahi et son armée défaite. Humiliation suprême pour tout patriote moyennement fier. Après le délitement su de nos écoles et structures de santé, la terre entière constata la fragilité de notre armée.

IBK, élu président pour redonner espoir et espérance au peuple malien, se révéla d’une médiocrité abjecte. La lettre de démission d’Oumar Tatam Ly fait froid dans le dos. Et pourtant, IBK confirma dans une vidéo encore disponible sur You Tube à nos compatriotes du Maroc, ses divergences avec Oumar Tatam Ly. IBK disait gaillardement et fièrement qu’il ne va pas se débarrasser de ses soutiens en dépit des crimes de détournement des deniers publics. IBK n’est ni faible, ni complice, ni co-auteur. Il est l’instigateur en chef, point barre !

La preuve : tous ceux qui sont impliqués dans l’affaire des surfacturations de l’avion et des équipements militaires ont été recyclés. Soumeylou B. Maïga, qui avait été placé en garde à vue à Paris, est l’homme-orchestre de Koulouba. Merci pour la respectabilité du Mali. Mme Bouaré Fily Sissoko n’ira ni en prison ni à la retraite, elle officie désormais à l’UEMOA. Elle remplace celui-là même qui avec d’autres dans l’entourage d’ATT l’ont poussé à l’humiliation. Par mauvais conseils. «Mon Dieu, gardez-moi de mes amis. Quant à mes ennemis, je m’en charge !»

Ben Barka, le neveu est à Koulouba. Et bizarrement, il est tout le temps à Dubaï. Le temps est maître et le temps nous édifiera sur Dubaï. Mahamadou Camara pour qui les Maliens sont des aigris est subitement devenu un entrepreneur dynamique. C’est l’hôpital qui se moque de la charité ou c’est la charité qui se fout de l’hôpital ? Même l’avocat de la société de surfacturation est désormais ministre. Sacré Monsieur «profitation» comme aiment dire les Antillais.

Mamadou Bakary Sangaré dit Blaise avait publiquement incité ATT à modifier la Constitution pour demeurer éternellement au pouvoir. À la suite de la chute d’ATT, ce même Blaise le proposa à la guillotine. Blaise est aujourd’hui conseiller spécial d’IBK.

Dites-nous de grâce, c’est la majorité qui est dolosive et moribonde ou c’est IBK qui est un dolosif et moribond pour le peuple malien ? Soumaïla Cissé, le chef de file de l’opposition, est incapable de demander à IBK de déclarer publiquement ses biens. Ça se voit. Les urines ne peuvent rien laver.

Les Maliens de base souffrent

Alors que les régions du Nord et du centre du Mali sont dans une insécurité totale, à l’ambassade et au consulat du Mali en France, les business continuent inconsciemment sous l’œil bienveillant de l’ambassadeur de 80 ans Cheick Mouctary Diarra qui ne se satisferait que dans sa tombe.

Ah oui, après un condamné à perpétuité agent consulaire, il existe désormais dans notre représentation diplomatique et consulaire une même et unique personne à deux noms de famille en fonction des contrats. L’on démissionne avec tel nom de famille et l’on est repris avec tel autre nom de famille. Pauvre Mali ! Nous y reviendrons.

Une bande d’arrivistes commencent à sillonner l’Europe au prétexte d’un second mandat d’IBK, alors qu’IBK ne les connaît même pas. Ils suivent les traces de cet ingénieur qui a toutes les difficultés du monde avec la langue de Molière et qui est aujourd’hui chargé de mission à Koulouba. Nos chefs religieux qui ne croient certainement pas en Dieu se taisent religieusement. Toute leur guerre contre ATT était une guerre contre un homme naïf et non pour le Mali. Pitié.

IBK doit comprendre une seule chose : le jour où ça finira mal, il est tout seul. Ce que nous préoccupe reste le fait de savoir dans quelle décadence IBK laissera le Mali. Il est temps pour nous de tirer toutes les leçons du passé au lieu de chercher des boucs émissaires à nos maux. IBK «Sabali dan tè sabali la», IBK «a to».

Boubacar SOW

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here