IBK défonce une porte déjà ouverte !

En déclarant sa candidature à l’élection présidentielle de 2018, le président de la République, Ibrahim Boubacar Kéita, a pris de court une partie de la classe politique. En effet, il faut se rappeler que dès que Moussa Mara, président de YELEMA avait annoncé sa candidature, des hommes politiques, dont Housseini Amion Guiondo, avaient levé le ton pour crier à « l’infidélité » à la Mouvance présidentielle. Donc, la candidature d’IBK est un cheveu sur la soupe de ses courtisans, qui voulaient encore le beurre et l’argent du beurre. Ceux qui se complaisent de leur arrimage au pouvoir, espérant encore quelques dividendes. En effet, des cadres de l’ADEMA-PASJ, lors de la Conférence nationale du Parti africain pour la solidarité et la justice, avaient déconseillé les militants, de parler de la candidature du candidat de l’ADEMA, provoquant l’indignation de certains, dont Mme Konté Fatoumata Doumbia. Aujourd’hui, c’est la jeunesse du parti de l’Abeille qui crie haut et fort qu’il lui faut un candidat à l’élection présidentielle. La politique de l’autruche est une stratégie qui ne sied plus à la Ruche, car, selon ses textes, il leur faut un candidat, un an, avant l’élection présidentielle. Tous les partis qui attendent encore de débattre de leur candidature, car, nichés dans la case « confortable » de la Mouvance présidentielle, risquent de se faire devancer, du point de vue de la confiance des électeurs, par les plus déterminés. A moins de faire partie de ceux qui ne cherchent pas à conquérir le pouvoir, faute d’avoir un bataillon suffisamment équipé.
B.D.

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here