Tribune : Célébrer la mort !

Pour la santé des Maliens, le programme d’urgence d’IBK n’offre qu’une morgue aux enfants.
Le programme d’urgence d’IBK ou les prémices d’une société sans vie. Jamais, au Mali, l’offre de santé, voire de vie n’a été aussi abominable qu’au cours des quatre dernières années.
Vautrés dans leur confort et la sécurité qui y est associée, les tenants du pouvoir actuel trouvent malin d’amener la société malienne à tourner insidieusement le dos à la vie pour célébrer la mort. Pas celle qui soulage de la vieillesse à la fin d’une longue vie bien remplie, mais celle qui fauche.

A défaut de pouvoir soigner les Maliens, assurer leur sécurité collective, le Pourvoir IBK célèbre leur mort. Deux initiatives ont été récemment prises dans ce sens. La loi sur le statut général des Armées et la création d’une unité néonatalogie ou morgue infantile, au CHU Gabriel Touré.

Concernant l’Armée, plutôt que d’offrir un équipement adéquat et une formation appropriée à la hauteur des menaces et défis actuels, le pouvoir en place nous tympanise sur un statut général des Armées dont l’essence serait la vie de la famille du militaire après sa mort. Il est certes utile de mettre les familles de ceux qui sont allés jusqu’au sacrifice suprême pour défendre et protéger la nation, mais la priorité de tout dirigeant est préserver la vie de ses citoyens, civils ou militaires. Ainsi pour les militaires la meilleure façon est de les doter d’armements et de formation conséquents et non de mettre en exergue le slogan « allez mourir mains nues et nous prenons en charge vos familles », ce qui est la signification de la propagande du pouvoir diffusée en ce moment sur le statut général des Armées.
Au-delà des militaires, la grève générale des agents de la santé, a dramatiquement dévoilé la misère qui sévit dans nos hôpitaux, en particulier à la pédiatrie du CHU Gabriel Touré. Pour toute solution le programme d’urgence d’IBK, ne propose que la création de morgue pour enfant.
Quel sinistre message !

Souleymane Koné

Ancien Ambassadeur

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here