Recrutement dans les FAMA : Des manifs à Tombouctou donnent raison au Ministre Tiéna

La marche de protestation organisée par les jeunes à Tombouctou, le mercredi dernier, pour décrier les résultats du concours de recrutement au sein de l’armée, constitue une preuve palpable des dernières dénonciations faites par le nouveau Ministre de la Défense au sujet des maux qui minent l’armée malienne.
En déplorant du dernier recrutement en date son « caractère arbitraire », la jeunesse de Tombouctou a, par sa manifestation, encore mis à nu le népotisme souligné par le Ministre Tiéna Coulibaly devant les Députés comme le principal ganglion des FAMA.

«Tombouctou c’est aussi le Mali; respectez nos droits ; remettez nous nôtre cota de 23% ; vive la jeunesse de Tombouctou ». C’est avec ces slogans que les jeunes de la cité des 333 Saints ont manifesté leur mécontentement vis-à-vis des résultats issus du concours de recrutement dans l’armée nationale ; un concours sur lequel ils avaient beaucoup fondé espoir pour leur sortie de chômage. Mais ce dernier concours ne sera pas celui qui doit répondre à leurs attentes ; pour preuve, le renouveau attendu du nouveau Ministre en charge du domaine, doit mettre un peu de temps avant de commencer par se faire sentir. Néanmoins, cette contestation au cours de laquelle les manifestants ont indiqué que sans une intégration massive des jeunes de Tombouctou dans l’armée, la sécurité de la ville ne pourra être assurée comme il se doit, aura le mérite de concrétiser les lamentations exposées par le Ministre aux Députés de l’Assemblée Nationale.

En effet, nommé en avril dernier pour changer les choses, bâtir une nouvelle armée, le Ministre Tiéna Coulibaly a très rapidement mis les pieds dans le plat avec des déclarations fracassantes à l’Hémicycle. Le principal problème de l’armée malienne se situe au niveau du recrutement, avait-t-il asséné à la plénière du 18 mai dernier. Dans les détails, le successeur de Tièman Hubert Coulibaly au portefeuille de la défense et des anciens combattants, a estimé que lors des recrutements, des Ministres, des Députés, des Officiers se présentent avec des listes parallèles et exigent que leurs protégés soient recrutés sans concours. Résultat, sur le terrain, ces soldats « pistonnés » ont peur de l’ennemi. Ils ne sont pas dans l’armée pour combattre, mais pour recevoir un salaire mensuel.

En ces propos tenus par quelqu’un qui venait à peine d’être nommé à ce poste sensible, on y voyait tout son engagement à ne faire porter les treillis seulement qu’aux plus méritants. Mais tel n’a visiblement pas été le cas lors de ce concours qu’on peut qualifier de charnière entre l’Administration Tièman et la nouvelle de Tiéna.

C’est d’ailleurs cette période charnière à laquelle ce dernier concours vient de se tenir, qui laisse croire que les manifestations de Tombouctou donnent plutôt raison au nouveau Ministre. Il est, donc, trop tôt pour qu’on assimile cette manifestation à des jérémiades de ceux qui auront démérité au concours. C’est dire, donc, que la jeunesse malienne, en général, se doit de prendre son mal en patience pour pouvoir jouir de la méthode de transparence que prône le Ministre Tiéna Coulibaly.

Pour l’heure, c’est toujours la politique des « bras longs » qui continue par gagner. A bon entendeur, misons sur les relations d’abord en attendant la fin de la récréation !

Katito WADADA : LE COMBAT

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here