Point de presse du ministre porte-parole du gouvernement : Le Mali doté d’une politique forestière et 2,2 milliards à partager entre 58 partis politiques

58

Les Ministres de l’Administration territoriale et son homologue de l’Environnement, de l’Assainissement et du Développement Durable ont défendu, jeudi dernier lors du Conseil des Ministres, des communications relatives respectivement à la répartition de l’aide publique aux partis politiques et le chronogramme des élections de 2017 ainsi que la politique forestière national avec son plan d’action 2018-2022. Ce point de presse, 7ème édition, s’est déroulé dans la conférence du Ministère du Commerce en présence du chef du département, porte-parole du gouvernement, M. Abdel Karim Konaté.

Le Ministre du Commerce, porte-parole du gouvernement, M. Abdel Karim Konaté, a présidé jeudi 1er juin 2017 dans la salle de réunion de son département, le point de presse hebdomadaire principalement axé sur les grandes décisions issues du Conseil des Ministres. Ainsi, lors du Conseil des Ministres du jeudi dernier, d’importantes décisions ont été prises, entre autres, l’adoption d’une politique forestière nationale avec un plan d’action 2018-2022, la répartition de l’aide publique aux partis politiques au titre de l’année 2016 et le chronogramme des élections de cette année.

La première communication a été défendue devant le Conseil des ministres par Mme Kéïta Aïda M’Bo, Ministre de l’Environnement, de l’Assainissement et du Développement Durable. Elle a salué d’abord son homologue du commerce pour pérennisation de cet exercice pour permettre aux membres du gouvernement de se prononcer sur certaines grandes décisions issues du Conseil des Ministres. Elle était à son premier exercice.

Aujourd’hui, dira-t-elle, notre pays, le Mali, dispose d’importantes réserves forestières. Et le bois occupe plus de 80% de ces réserves. Donc, l’adoption d’une politique forestière nationale et son plan d’action était nécessaire pour mieux réglementer encore ce secteur. Le bois est utilisé pour la cuisson et beaucoup d’autres travaux domestiques. Après les rencontres des experts au cours d’une dizaine de foras et celle des Secrétaires généraux des différents départements ministériels, il était utile d’assurer une gestion intégrée des ressources forestières au Mali pour le renforcement des capacités de tous les acteurs intervenant dans le secteur, faire le transfert des compétences et la promotion de la biodiversité.

Pour la réussite de cette politique, le Ministre de l’Environnement, de l’Assainissement et du Durable développement a proposé une série de formations regroupant tous les acteurs concernés. Pour la réalisation de ce projet, cela nécessite une enveloppe financière de 45,494 milliards de nos francs et les fonds seront mobilisés auprès de l’Etat, des Collectivités et des partenaires techniques et financiers.

Le Ministre de l’Administration territoriale, M. Tiéman Hubert Coulibaly s’était acquitté du même exercice en défendant la communication relative sur la répartition de l’aide publique aux partis politiques et le chronogramme des élections de 2017. Ainsi, le Conseil des ministres a adopté un projet de décret fixant la partition de l’aide aux partis politiques.

Chaque année, l’Etat accorde aux partis politiques une aide financière d’un montant annuel correspondant à 0,25% des recettes fiscales du Budget d’Etat.

Les critères de répartition de cette aide financière sont basés sur la participation aux dernières élections générales législatives ou communales, le nombre de députés et de conseillers ainsi que le nombre de femmes députés et conseillers.

Aux dires du Ministre Coulibaly, au titre de l’exercice 2016, 58 partis politiques auront à partager 2,2 milliards de F CFA sur les 64 dossiers déposés. Des critères ont prévalu au choix des partis politiques, a souligné le Ministre de l’Administration, ce sont, entre autres, la tenue régulière des instances du partis, faire l’état financier auprès de la section des Comptes de la Cour Suprême, avoir un siège, le nombre de députés et de conseillers municipaux, etc.

Cette année, le Mali, à travers le Ministère de l’Administration territoriale, compte organiser les consultations référendaires le 09 juillet 2017, les communales partielles le 29 octobre et les régionales le 26 novembre. Aux dires du Ministre Tiéman Hubert Coulibaly, les débats parlementaires ont commencé sur la tenue du référendum au niveau de l’Assemblée nationale. Ce référendum rentre dans la mise en œuvre de l’Accord de paix et de réconciliation nationale. ”On ne peut pas finir l’année 2017 sans finir avec les élections surtout avec les nouvelles communes. Le calendrier est lourd et complexe et le temps joue contre notre faveur”, a déclaré le Ministre Tiéman Hubert Coulibaly. Il faut noter qu’auparavant, par rapport à ces élections, un agenda avait été élaboré dans ce sens en 2016.

Youssouf SANGARÉ

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here