Comité de programme de l’Institut d’économie rurale : un forum d’échange et d’évaluation

La 23è session du Comité de programme de l’Institut d’économie rurale (IER) s’est tenue hier à la Direction des finances et du matériel (DFM) du ministère de l’Agriculture. La cérémonie était présidée par le directeur général de l’IER, Dr Bourema Dembélé, en présence du directeur des sciences de l’IER, Ibrahim N’Diaye et des représentants de différentes institutions notamment l’IPR/IFRA de Katibougou, l’ICRISAT, l’AVRDC et des chercheurs.

La session a examiné et amendé les différents documents soumis à leur approbation. Ils ont donc planché sur 110 documents dont 63 rapports et 47 propositions. Les administrateurs étaient aussi appelés à se prononcer sur les méthodes et approches de recherche agricole en vue de leur amélioration. Globalement, ils ont apprécié les résultats obtenus par l’IER. Il ressort des données fournies aux administrations qu’il y a eu une augmentation du volume de la recherche agricole de 35 documents entre 2016 et 2017 soit environ 75 documents.

Il faut simplement retenir que le Comité de programme de l’Institut d’économie rurale est une instance du cycle de programmation de la recherche agricole. Dans son allocution, le directeur général de l’IER a souligné que cette session est un forum d’échanges scientifiques et d’évaluation des résultats obtenus et de nouvelles propositions d’activités de recherche.

Le patron de l’IER a aussi salué le secrétariat exécutif du Comité national de la recherche agricole (CNRA) pour son soutien considérable à la recherche. Ce soutien s’est accompli à travers les réalisations en cours d’infrastructures de grande qualité et l’appui direct à la mise en œuvre des activités de recherche et le renforcement de capacités des ressources humaines en vue d’une recherche agricole performante au service du développement du secteur agricole.

Par ailleurs, Bourema Dembélé a expliqué que les défis constants de cette année sont : l’amélioration de la production et de la productivité agricole, la problématique de la production des semences de qualité, la mécanisation de l’agriculture et le service appui-conseil.

Pour lui, il ne fait aucun doute que ces défis exigeront des réflexions et des actions orientées sur la gestion de la fertilité des sols. Le directeur général a aussi parlé du changement climatique dans les recherches à conduire, de l’amélioration de l’accès aux semences de qualité, de la construction des pôles de développement agricole. « Le bitumage des voies d’accès au Centre régional de recherches agronomiques (CRRA) de Sotuba et la construction d’un laboratoire de nutrition et physiologie animales à la station de recherche agronomique de Sotuba et le renforcement des capacités du laboratoire pourraient y être inscrits », a-t-il ajouté.

En outre, le directeur de l’IER a parlé de la construction du siège de son service à Sotuba, inscrite sur le budget d’Etat. Bourema Dembélé a évoqué enfin le projet d’installation d’une station d’épuration des eaux usées et pluviales sur 30 hectares à la Station de recherche agronomique de Sotuba dans la zone aménagée par AGRA et le morcellement avorté d’une vingtaine d’hectares toujours au CRRA de Sotuba.

Issiaka DIABATÉ

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here