Référendum du 9 juillet prochain: L’opposition crie à un coup d’état constitutionnel

L’opposition parlementaire dit niet au vote du projet de loi portant révision constitutionnelle qui a été adopté le samedi 3 juin 2017 par 111 députés pour et 35 contre.
Ce sont les élus de l’opposition qui n’approuvent pas cette révision constitutionnelle qui selon eux serait un " coup d’Etat constitutionnel". Ils ont voté contre ce texte, estimant qu’il n’est pas opportun et que l’heure est à la recherche de la paix plutôt qu’une révision constitutionnelle au renforcement inopportun des pouvoirs du Président de la République au détriment du gouvernement, à l’affaiblissement des pouvoirs du parlement en matière de contrôle de la détermination de la politique de la nation nonobstant la création d’une seconde chambre, le SENAT.
Pour Mody Ndiaye, la majorité et le gouvernement n’ont fait que du théâtre tout au long du processus. « La présentation de 80 amendements initialement présentés par la commission dénote l’impréparation du texte. Au départ nous avions une initiative présidentielle, mais à l’arrivée on a l’impression que c’est une initiative parlementaire », fustige-t-il.
L’honorable Alkeidy Touré de soulever une des dispositions de l’article 118 de la Constitution de 1992 qui fait obstacle à la procédure de révision qui ne peut être engagée ou poursuivie lorsqu'il est porté atteinte à l'intégrité du territoire. Et honorable Kalilou Ouattra d’enfoncer le clou : « Le rapport de la commission manque de méthodologie ; des affirmations gratuites apparaissent pour soulever des insuffisances de la Constitution de 1992, mais il n’apparait nulle part des justifications de ces insuffisances », en s’interrogeant sur celui qui est derrière le texte présenté.
D’autres griefs, objet de refus et d’amendement de l’opposition parlementaire sont entre autres la non sanction du Président de la République en cas de manquements graves à ses devoirs, le mode diffèrent de désignation des sénateurs, par élection et par nomination du Président de la République, le non bouclage du processus d’élaboration de la charte pour la paix qui impacte sur la loi fondamentale.
Négus Traoré

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here