Crise du football malien: La médiation serait-elle capable de faire respecter le protocole?

Les amoureux du ballon avaient pensé que la crise du football malien tendait vers sa fin, mais l'évolution des choses donne une autre idée. Nous constatons malheureusement l'incapacité des ministres en charge de faire appliquer le protocole. Les maliens regardent ces ministres qui dirigent la médiation avec beaucoup d'intérêts. La carrière politique de certains de ces médiateurs dépend de la résolution de cette crise. Donc les médiateurs de la crise ont une grande responsabilité devant l'histoire et le peuple malien.

Des dysfonctionnement ont été déjà constatés dans l'application du protocole à plusieurs niveaux.
Il était prévu dans les clauses, de nommer le secrétariat Général du comité de normalisation qui avait été mis en place par le Ministre des sports contrairement à cette idée, le Comité Exécutif de la FEMAFOOT a nommé une secrétaire général de son choix au mépris des dispositions du protocole.

La plus grande inquiétude se trouve au niveau de la mise place d'un comité de normalisation après le 12 Juin 2017 car la FIFA ne semble pas cautionné cette idée, témoigne la lettre qu'elle a adressée à la FEMAFOOT.

La mise en place du Comité de normalisation obéit à certaines règles. La FIFA ne mettra jamais un comité de normalisation tant qu'il y a une fédérale en activité. Dans le contexte malien, la FIFA acceptera la mise en place d'un comité de normalisation à la seule condition que le Comité Exécutif de la FEMAFOOT démissionne. Alors, l'allure où vont les choses, le Comité exécutif n'est pas prêt de rendre le tablier, donc l'application effective du protocole est sérieusement compromise. Les amateurs de football peuvent toujours garder de l'espoir car une rencontre pour la dernière chance est prévue ce vendredi 9 Juin 2017 entre le Comité Exécutif de la FEMAFOOT, le Collectif et la médiateur.

Au cours de cette rencontre et pour qu'on ne retourne pas à la case de départ, la médiation doit imposer l'application stricte du protocole qui est la seule solution pour la sortie de crise. Pour cela les ministres qui dirigent la médiation doivent utiliser toutes leurs forces et toutes leurs personnalités pour faire respecter le protocole car selon la législation malienne "les conventions légalement formées tiennent lieu de loi à ceux qui les ont faites".

Wait and see.

Fsanogo/abamako.com

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here